La longévité des dirigeants au pouvoir dépend de « la volonté des peuples » (Sassou Nguesso)

La longévité des dirigeants au pouvoir dépend de « la volonté des peuples », a déclaré ce mardi le président congolais, Denis Sassou Nguesso à Kinkala dans la région du Pool, pour justifier sa candidature à un troisième mandat à la présidentielle du 20 mars 2016.

« On ne peut pas parler de démocratie en dehors de la volonté des peuples », a déclaré le numéro un congolais qui répondait à la question d’un journaliste sur le reproche qui lui est fait, notamment à l'étranger, de rester longtemps au pouvoir.

« Aujourd’hui on est en train de voir que les allemands sont satisfaits de leur chancelière Angela Merkel. Elle en est à son troisième mandat. Peut-être prendra-t-elle un quatrième mandat. Cela ne dépend que de la volonté des peuples et non des diktats qui viennent d’autres pays », a ajouté le président Denis Sassou Nguesso.

« Les puissants veulent imposer aux autres leur volonté, mais les peuples peuvent résister à cela. Si ce n’était pas le cas, ils ne seraient pas indépendants », a-t-il insisté.

Vendredi dernier, Denis Sassou Nguesso, 72 ans, avait annoncé à la jeunesse congolaise à Kintélé,  au nord de Brazzaville, qu’il se portait candidat à la présidentielle du 20 mars prochain.

Sa candidature a été rendue possible après un changement de constitution ayant fait sauter les verrous qui lui interdisaient de briguer un troisième mandat.

Sassou Nguesso avait été investi candidat pour un nouveau mandat fin janvier par le Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir.

Edwige KISSINGER

banner