Manifestation contre le pouvoir de Sassou Nguesso à Paris

Une vingtaine de congolais de France ont bravé le froid hivernal samedi, à la Place de la République à Paris, pour «dénoncer l'imposture du président Denis Sassou Nguesso et ses complices (Hollande et les responsables de Total), puis lancer un appel à Jean-Marie Michel Mokoko pour qu'il s'engage dans la bataille politique ».

Les slogans « Stop aux élections sans cartes d’électeurs sur la base des listes fictives », «Stop à la séquestration des opposants et privation des libertés », « Stop aux coupures des SMS, internet et médias pendant les élections »…ont résonné parmi les manifestants, qui étaient autour de vingt personnes à la Place de la République dans le 11è arrondissement de la capitale française de 16h à 18h.

Distribution des tracts, échanges avec quelques badauds, munis de leurs mégaphones, les opposants du pouvoir de Brazzaville se sont tournés vers les passants pour égrainer les maux dont souffre le Congo en invitant les français à la solidarité dans la lutte pour la libération du Congo.

D'après eux, le Congo, autrefois capitale de la France, est aujourd'hui « martyrisé, piétiné, pris en otage par un homme et son clan en complicité avec certains décideurs français ».

Les manifestants réunis au sein du mouvement politique MRC3, ont également exigé « une transition pacifique dirigée par une personne intègre, d’expérience et crédible aussi bien au plan national qu’international, pour réunir les conditions permissives d’élections véritablement libres, transparentes et crédibles, sans exclusion » avant de faire appel à Jean-Marie Michel Mokoko, pour qu’il s’engage activement et rapidement dans la politique du pays afin de libérer le Congo le 20 mars prochain du « joug du PCT ».

Initialement prévue pour le mois de juillet, l’élection présidentielle au Congo a été ramenée au 20 mars prochain.

Aurélie ISSIMBA

banner