La nouvelle Commission électorale pas du tout du goût de l'opposition

La nouvelle Commission électorale indépendante chargée d’organiser les élections au Congo-Brazzaville, adoptée jeudi par l’Assemblée nationale, ne trouve pas l’assentiment de l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) et du Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad).

La loi électorale, proposée par le gouvernement et adoptée par l’Assemblée nationale à deux mois de la présidentielle de cette année, institue la Commission nationale électorale indépendante qui remplace la Commission nationale d’organisation des élections, opérationnelle depuis 2001.

Récemment le Frocad et l’IDC ont posé des préalables pour leur participation à la présidentielle du 20 mars prochain.

Ils ont précisé les critères universels de préparation, d'organisation et de tenue de l’élection présidentielle sans oublier la proclamation des résultats.

L’alliance Frocad-IDC a exigé également une commission électorale, dont l'indépendance est reconnue par tous; un fichier électoral fiable accepté par tous ; des cartes d'électeurs biométriques; l'identification électronique des électeurs et le bulletin unique.

Même si le frocad et l’IDC boudent cette nouvelle Commission électorale, ils ont tout de même réaffirmé, au cours de leur première convention tenue dans la capitale congolaise pour aplanir leurs divergences, leur volonté de prendre part à la présidentielle du 20 mars 2016.

 

Aurélie ISS

banner