L’opposition condamne l’exclusion des candidats de la jeunesse aux élections

Le Front pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (FROCAD) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (l’IDC) ont condamné, avec force et détermination, la volonté d’exclusion des candidats de la jeunesse congolaise aux élections. La revalorisation excessive sans justification aucune des cautions pour les candidatures à l’élection du Président de la République, des députés à l’Assemblée nationale et des conseillers, semble favoriser les plus riches.

« Les cautions ont été multipliées par 5 pour l’élection présidentielle, par 10 pour l’élection des députés », déplore l’opposition au régime de Brazzaville dans le rapport synthèse des travaux de leur première convention, tenue dans la capitale congolaise, à deux mois de la présidentielle de cette année.

Pour le FROCAD et l’IDC qui réaffirment leur volonté de conduire leur programme de résistance populaire et d’exercer leurs prérogatives démocratiques dans un esprit de paix et de cohésion nationale dans l’intérêt supérieur de la nation, cette disposition et celle relative à l’exigence d’une expérience professionnelle de huit (08) années traduit une réelle volonté « d’exclusion des candidats de la jeunesse » congolaise.

Parlant des opérations pré-électorales qui demeurent toujours de la compétence du Ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le FROCAD et l’IDC pensent que le problème du « découpage électoral n’est toujours pas résolu.

« Il n’existe plus de critères techniques pour définir les circonscription électorales (croisement des paramètres de souveraineté avec le poids démographique et toutes ces opérations pré-électorales, la CNEI ne s’occupe plus du suivi », souligne l’alliance FROCAD-IDC.

Les deux plateformes de l’opposition congolaise, ont annoncé au terme de leur convention la possibilité de présenter un ou plusieurs candidats au prochain scrutin présidentiel prévu pour le 20 mars 2016.

Germaine Mapanga

banner