Blanchard Okoï pour la sécurisation du scrutin présidentiel du 20 mars prochain

Le chef d’état-major général des Forces armées congolaises (FAC) le général de division, Guy Blanchard Okoï conscient de grands défis qui attendent le pays cette année, a invité, mardi dernier à Brazzaville, la force publique à plus de professionnalisme pour la sécurisation de l’élection présidentielle du 20 mars prochain.

«Les éléments de la force publique devraient faire preuve d’engagement et de responsabilité, de professionnalisme en vue de la réussite de la sécurisation du prochain scrutin présidentiel », a déclaré le chef d’état-major général des Forces armées congolaises (FAC) le général de division, Guy Blanchard Okoï lors de la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an.

«Je suis persuadé qu’avec des effectifs bien maîtrisés, des hommes bien formés, bien disciplinés et bien nourris, donc aptes à accomplir les missions dont on sait qu’elles sont toujours exigeantes, nous parviendrons demain encore mieux que maintenant à assumer nos fermes engagements aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national. Mais, tout cela doit être au préalable bien pensé et bien conçu», a-t-il ajouté.

Initialement prévue pour le mois de juillet, l’élection présidentielle au Congo a été ramenée au 20 mars prochain. Pour ce faire, le gouvernement vient d’adopter une loi électorale et de créer une commission nationale d’élections indépendante (CENI).

Logiquement, la campagne débutera le 4 mars pour se clôturer deux semaines plus tard. En tout, les acteurs impliqués dans l’organisation du scrutin disposent de moins de 90 jours pour tenir les délais.

Germaine Mapanga

banner