Congo - Affaire de vols à Fondeco de Dolisie: 14 personnes dont le Directeur de cabinet du préfet du département du Niari, le neveu et garde corps dudit préfet ainsi que des policiers seraient au ngouf à la maison d'arrêt de Dolisie

La Police judiciaire de Dolisie avait interpellé plusieurs civils pour des vols en bande organisée à l'usine de la Fonderie du Congo (FONDECO). Remis entre les mains de la Justice, ces civils, auraient parlé et cité des noms, notamment M. Goma Bitanga Dieudonné, Directeur de cabinet du prefet du departement du Niari Frédéric BOUZOCK, M. DEBOT Trésor qui serait le neveu et garde corps dudit prefet avec 12 autres civils et policiers ont été placés en detentention preventive à la maison d'arrrêt de Dolisie, une situation très embarassante pour le préfet du departement du Niari. 

Dolisie, ville préfecture du département du Niairi est en effervescence, tant nombre de chefs des unités de Police ont été interpellés et placés en détention par décision de justice, dans le cadre de l'affaire de vols de matériels à l'usine de la Fonderie du Congo (FONDECO), fermé depuis 2016.

Outre l'adjudant-chef de police Joseph Mboungou, le chef du Groupement Mobile de Police, (GMP), le chef du Service de l'Unite de Garde Frontière du Niari (UGF), le garde du corp du préfet du Niari ainsi que le directeur de cabinet du préfet, ont déjà été defférés et écroués à la Maison d'arrêt de Dolisie et la liste est loin de s'arrêter. 

Le juge, un certain Anicet qui conduit l'instruction de cette affaire au Tribunal de Grande Instance de Dolisie, confirme que certains officiers supérieurs de police, de nombreux policiers et même des magistrats seraient impliqués à divers niveaux dans cette affaire.

Beaucoup d'entre-eux ont occasionné la vente des véhicules de la société Fondeco, en fournissant des documents permissifs de l'action illicite. Ils seront tour à tour interpellés, pour répondre chacun de ses actes.

D'autres responsables de police ayant déjà fait valoir leurs droits à la retraite sont également dans le collimateur de la Justice. Parmi eux, l'ancien chef de service de la police judiciaire au Niari et certains de ses collaborateurs. Ils sont sous le coup d'un mandat d'arrêt.

Cette quasi décapitation opérée au sein de la hiérarchie policière n'est pas du goût des policiers qui promettent des actions de représailles. Selon eux, la justice ne semble s'interresser qu'aux fautes commises par les policiers, alors que dans le même temps, la vente des certains matériels, notamment les véhicules, a été permise grâce aux documents délivrés par des magistrats qui eux, ne seraient pas inquiétés à ce jour.

D'autres policiers qui promettent des actions de représailles, voient en monsieur Anicet, un magistrat corrompu qui recevrait des pots de vin pour diverses affaires.

Pour tout dire, la situation est tendu et même explosive dans la capitale de l'or vert où chacun retient son souffle.

Lancée en 2012, La Fonderie du Congo en sigle FONDECO, basée à Dolisie dans le département du Niari, est une usine destinée à produire le fer à béton et ses dérivés. Elle est arrêtée depuis 2016. Le matériel de la structure subit depuis lors de nombreux vols.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner