Routes de Brazzaville : leur état se dégrade dangereusement

RÉSEAU ROUTIER - Plusieurs signalements de chaussée dégradée ont été listés par des usagers à Brazzaville, la capitale congolaise. Un constat inquiétant, quand on sait que près d’un accident sur deux, comporte des facteurs liés à un défaut d'infrastructure. Finalement, ce qu'on craignait arrive inexorablement. Le tronçon inachevé entre la Frontière et Mahité qui devait mener jusqu'au PK Mfilou n'a plus de longs jours. Comme dans un film de fiction, on a du mal à croire. L’état de cette route ou plus précisément son mauvais état (nids de poule, tranchées, excavations…) peut être à l’origine de dommages.

La route est l’outil de mobilité de notre quotidien. Elle assure près de 90 % des déplacements de voyageurs et de transport de marchandises. Elle est malheureusement parfois la scène d’accidents. Et quand ils surviennent sur une route abîmée se pose la question des responsabilités.

La jurisprudence sur ce sujet est déjà pléthorique et cela risque de s’aggraver avec un réseau routier en train de se dégrader.

Outre les habituels nids-de-poule et ornières qui amplifient les risques de crevaison et de sortie de route, sont référencés le marquage au sol effacé, la mauvaise évacuation des eaux entraînant aquaplanage et ralentissement brusque, ou encore les dos-d’âne trop "agressifs".

Les glissières de sécurité endommagées ou absentes des endroits dangereux sont également montrées du doigt, comme la végétation débordant sur la route ou empêchant une bonne vision de la signalisation, ainsi que les panneaux rendus illisibles par les temps ou les dégradations.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner