Au Congo, le pire épisode de braconnage d’éléphants en Afrique centrale

Depuis le mois de février 2020, huit (08) éléphants ont été illégalement abattus, quatorze (14) présumés braconniers interpellés et leurs sites illégaux détruits. Les gardes forestiers sont aux aguets notamment autour du parc national de Nouabale-Ndoki (nord). Une montée de la criminalité faunique qui intervient dans un contexte d’état d’urgence sanitaire et de confinement à domicile de l’ensemble de la population pour stopper la propagation du coronavirus (Covid-19).

Ces trafiquants profitent de la baisse des effectifs sur le terrain pour accroître leurs activités illicites.

Le Congo abrite la plus grande population africaine d’éléphants en liberté, évaluée en plusieurs animaux.

La richesse de sa faune en a fait un sanctuaire très prisé des amateurs de safaris haut de gamme et un des pôles de développement de son économie, qu’il protège grâce à un arsenal anti braconnage jusque-là considéré comme exemplaire.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) estime que le très rémunérateur trafic de l’ivoire a tué plus de 300 000 éléphants au cours de la dernière décennie en Afrique, faisant chuter leur nombre de 415 000 à 111 000.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner