Dolisie sort la tête de l'eau après la fête de Noël

Dolisie la ville préfecture du Niari (sud) s'efforce ce vendredi de retrouver une vie presque normale après une série inédite de marées hautes qui ont dévasté la ville juste après la fête de Noël, inondant maisons et routes et endommageant plusieurs commerces.

Depuis jeudi, commerçants et riverains s'employaient, munis de seaux et de balais, à nettoyer les boutiques et les maisons envahies à plusieurs reprises par l'eau et la boue.

Routes endommagées, éleveurs désemparés : Dolisie tentait jeudi de mesurer l'étendue des dégâts causés par les pluies exceptionnelles et les inondations.

Les prévisions météorologiques prévoient des marées n'excédant pas 110 cm pour les jours à venir, ce qui devrait permettre à la ville d'évaluer les dégâts, d'ores et déjà estimés par la Mairie à plusieurs millions de FCFA.

Ce matin, les taxis ont repris leurs va-et-vient sur l’avenue de l’indépendance et comme toujours le retrait des eaux a laissé derrière lui des monceaux de détritus sur les places et les ruelles de la capitale départementale du Niari.

Quels problèmes de santé après une inondation en ville ?

Il existe un lien entre l'exposition directe à l'eau d'une inondation, les infections gastro-intestinales aiguës et les infections respiratoires. Les personnes qui entrent en contact avec cette eau courent un risque 3 à 5 fois plus élevé de problèmes de santé tels que diarrhée, vomissements, maux de gorge ou problèmes de peau.

En raison du changement climatique, nous aurons plus souvent à faire face à des précipitations (beaucoup) plus intenses, et donc à un risque accru d'inondations, notamment en milieu urbain ou semi-urbain.

L'eau de pluie peut être contaminée par celle des égouts saturés, véhiculant de fortes concentrations de bactéries, micro-organismes et déchets, de même qu’avec des excréments de chiens et d'oiseaux, et d'autres éléments présents dans l'environnement urbain.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner