Denis Christel Sassou N’Guesso, VRP de choc pour la destination Congo

Quoi de mieux que de réussir là où les autres ont échoué en vendant la destination Congo à l’international ? La délégation congolaise, conduite par le ministre de la Coopération internationale et de la Promotion du partenariat public-privé, Denis Christel Sassou N’Guesso, présentera lors de son prochain Roadshow à Casablanca, les 5 et 6 mai 2022, les nouvelles opportunités qu’offre l’économie du Congo aux acteurs économiques du Maroc.

Cet événement, baptisé « Congo, terre d’opportunités », se tiendra sous la forme d’une conférence publique le 5 mai 2022 à partir de 17H00 à l’hôtel Hyatt Regency de Casablanca, puis par des rendez-vous d’affaires B to G vendredi 6, et se veut une plateforme d’échange continue pour accompagner les investissements en République du Congo.

Présentant un réel potentiel économique pour le Congo, le Maroc connait, de par sa forte croissance économique et ses ambitions économiques pour le continent, la présence de nombreuses sociétés internationales et dispose d’importantes structures visant à favoriser l’investissement.

Denis Christel Sassou N’Guesso souhaite mettre le cap sur l’agriculture et le tourisme en priorité, étant des secteurs à forte valeur ajoutée pour l’économie marocaine.

En lançant sa campagne électorale pour la présidentielle le 5 mars dernier, le candidat Denis Sassou N'Guesso, devant une grappe de militants rassemblée au rond-point Lumumba dans le 1er arrondissement en plein cœur de Pointe-Noire, a promis faire la promotion de l'agriculture à l'échelle nationale en revenant et en insistant sur la dépendance du pays vis-à-vis de l'extérieur en matière de denrées alimentaires qui devra être corrigée car le Congo importe chaque année plus de 700 milliards C.F.A de produits alimentaires. C’est énormissime !

L’agriculture pourrait être une solution idoine, mais ce secteur a été délaissé pendant des années et le pays importe plus de la moitié de l’alimentation de ses habitants.

Quelle incongruité que de faire ses emplettes dans les grandes enseignes du Congo-Brazzaville sans les produits du terroir. Dans les rayons on retrouve à foison la bouffe qui vient de loin, de très loin même. Sur les étals des commerçants, les fruits et légumes sont pour la plupart importés de l'étranger, "même les safous", pour paraphraser Denis Sassou N'Guesso lors de ses différents meetings de campagne électorale en mars dernier.

Cette rencontre économique qui vise à stimuler l’investissement des partenaires étrangers et des entreprises privées dans des projets ayant pour but de consolider et pérenniser la croissance économique inclusive du Congo intervient après les étapes d’Abu Dhabi, Dubaï, et Londres.

En prenant ses fonctions en mai 2021, Denis Chrystel Sassou-N’Guesso avait exprimé son ambition de donner une impulsion encore plus grande à la Coopération internationale et d’attirer les investisseurs dans le pays. De ce fait, il avait promis mettre bientôt en chantier un projet de loi sur le partenariat public/privé, afin de baliser le cadre juridique qui est sans conteste, un élément de mise en confiance des partenaires.

L’homme entend apporter une touche particulière à la gestion des affaires publiques, par son esprit créatif et sa capacité à faire bouger les choses.

Denis Christel Sassou-N’Guesso a pris date avec les congolais qui devront le juger aux résultats, dans ce grand ensemble de décisions qu’est le gouvernement, même si beaucoup voient avant tout en lui, "le fils du Père".

Une position que le tribun assume devant Dieu et devant les hommes et qui va sans doute le pousser à s'affirmer davantage et à montrer sa capacité à faire le pont entre l'État, les milieux de pouvoir, et la société congolaise.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner