Mayoko : Paul Obambi peine à relancer les activités de la société minière Sapro

Les activités de la société minière Sapro Mayoko dans le département du Niari (sud) sont toujours en arrêt pour non-paiement de plusieurs mois des travailleurs et agents de Police en charge de la sécurité des installations de ladite société.

Si Paul Obambi, le patron de Sapro, a enfin vendu récemment une cargaison de fer aux chinois, reste à savoir si le minerai congolais continuera toujours à séduire les industriels chinois, et à résoudre de nombreux problèmes logistiques.

Si le premier navire chargé du fer de Mayoko marque une première étape réussie pour Sapro – et permet par là même au Congo d’intégrer le club des pays exportateurs de fer, dont font aussi partie la Mauritanie, l’Afrique du Sud, la Sierra Leone et le Liberia –, il reste à Paul Obambi nombre de défis à relever avant de pérenniser le projet extractif situé à plus de 400 km de Pointe-Noire.

Des défis logistiques d’abord, en vue de réussir à fluidifier le transit du minerai sur le CFCO, avec lequel Sapro Mayoko a noué un partenariat.

Pour le moment, l’essentiel de la production depuis un an – environ 90 000 t sur 120 000 – est encore bloqué au niveau de la mine du fait du risque élevé de déraillement des convois et surtout le refus catégorique des travailleurs de renouer avec le chemin du travail.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner