Wenge Musica BCBG 4x4 : Werrason demande des moyens au gouvernement pour un deuxième concert au stade de France

La seule enceinte au monde (avec 80 698 places en configuration football/rugby) à avoir accueilli une finale de Coupe du monde de football, une finale de Coupe du monde de rugby et la 67ème finale de la Ligue des champions, pourra se vanter un jour d'avoir, depuis son inauguration en janvier 1998 par Jacques Chirac, également reçu, pour la première fois, Wenge Musica BCBG 4x4 les Anges Adorables, l’orchestre mythique dont l’empreinte est indéniable dans les annales de l’histoire de la musique congolaise et africaine.

«Après ce concert du 30 juin au stade des martyrs, je demande des moyens conséquents au gouvernement congolais pour un deuxième concert au stade de France… Le Parc des princes ou Bercy n’est pas à notre niveau c’est-à-dire celui de Wenge Musica BCBG 4x4 », a lancé Ngiama Makanda dit Werrason, l'une des vedettes de la musique congolaise et africaine, leader du groupe Wenge Musica Maison Mère, sous les applaudissements nourris et prolongés du public venu très nombreux au stade des Martyrs pour soutenir le concert de réunification de l'orchestre Wenge Musica BCBG 4x4 Tout Terrain du 30 juin 2022, jour de la commémoration du 62ème anniversaire de l'indépendance de la République Démocratique du Congo.

Werrason, JB Mpiana, Didier Masela et Alain Makaba, tous pionniers du clan Wenge Musica 4x4 Tout terrain se sont retrouvés vingt-cinq ans après le 28 février 2022 à Paris en France autour du producteur congolais, Amadou Diaby.

Parmi les projets en préparation, un grand concert au stade des Martyrs de Kinshasa (80 000 places assises), le 30 juin 2022 et un album d’ensemble en avril 2023 au Cap-Vert pour l’enregistrement en studio.

Le producteur Amadou Diaby, qui a réussi l’exploit de réunir sur la scène les anciens de cet orchestre mythique dont l’empreinte est indéniable dans les annales de l’histoire de la musique congolaise, prévoit d’autres scènes.

L’on sait déjà qu’un concert VIP est à l’affiche, le 9 juillet prochain, au Pullman hôtel de Kinshasa.

Vivement que ce vœu de Werrason soit exaucé par le gouvernement congolais et son Président Félix Tshisekedi,  pour unir et faire la paix entre les artistes congolais et les congolais de kinshasa vivant en Europe et réunis au sein du mouvement «Les combattants », très hostiles au pouvoir de Kinshasa.

Si la finalité est bien de déstabiliser le régime, la méthode n’est donc pas la bonne. Et l’on peut s’étonner que la Préfecture de police de Paris se laisse si facilement intimider et ne prenne pas de mesure plus dure contre un mouvement qui empêche régulièrement des artistes congolais de s’exprimer sur le territoire français.

Quel que soit leur camp, les censeurs seront toujours du mauvais côté.

Jean-Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner