France : Alain Mabanckou et Armel Jocelyn le Bachelor font de l’élégance un art de vivre à Paris

Parmi les sapeurs congolais de France qui font de l’élégance un art de vivre à Paris, on peut citer sans ambages le célèbre écrivain Alain Mabanckou et le créateur de mode Armel Jocelyn le Bachelor. « Mange selon la hauteur de ton sac à provisions, marche selon la largeur de ton pas », ils ne cessent d’imposer leurs couleurs dans les rues de la capitale française,  comme ici,  dans la rue Panama à Château Rouge, dans le 18ème arrondissement de la ville lumière.

«Les Occidentaux ont créé le vêtement, mais l’habillement a été inventé à Brazzaville », dit Baudouin Mouanda, un photographe qui a immortalisé de nombreux membres de la Sape (la Société des ambianceurs et des personnes élégantes).

La capitale mondiale de la sape reste Brazzaville. Au Congo, c’est une véritable institution à laquelle tout le monde prend part, hommes politiques compris.

Un succès tel que le courant s’exporte désormais. On trouve aujourd’hui des sapeurs originaires de tous les pays du continent.

Les sapeurs congolais ont investi les grandes capitales européennes pour trouver de quoi satisfaire leur désir de marque et de luxe. Mais si l’on peut les voir dans les rues de Paris, leur consécration se fait au pays.

Religion, idéologie de la propreté, art de manier les couleurs, les avis des sapeurs divergent quant à la définition de ce concept. Mais le résultat est le même.

Aussi loin que nous pouvons remonter dans notre mémoire, les sapeurs ont toujours fait partie de l’environnement des congolais.

Née dans la brutalité de la colonisation, la SAPE a su concilier les différentes ethnies congolaises divisées par des années de guerre civiles meurtrières. Le beau vêtement s'est imposé comme un vecteur de cohabitation dans une société clanique : la SAPE rassemble et regroupe des Congolais autour de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style et leur gestuelle, dans le but d'atteindre originalité et distinction.

Au Congo-Brazzaville, la SAPE est un puissant vecteur de l’unité nationale et du vivre ensemble. Un domaine particulier dans lequel les Congolais s’illustrent depuis la nuit des temps, un défilé haut en couleur qui s’introduit partout. Jusque dans les coulisses des grandes maisons de couture occidentales, qui n’hésitent plus à leur tour à copier les tenues de ces élégants personnages.

Jean-Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner