Congo - Télécommunications : L'exploitation commerciale de la fibre optique se met en place

Congo - Télécommunications : L'exploitation commerciale de la fibre optique se met en place

Le gouvernement du Congolais a confié à un consortium international la mission de recruter pour son compte un opérateur en charge de la gestion et de la commercialisation du réseau de télécommunications en fibre optique du projet régional Central African Backbone (CAB). 

Le consortium mandaté il y a quelques jours à Brazzaville est constitué du Cabinet EY (Ernst et Young), du cabinet international d’avocats Bird and Bird ainsi que d’Execution Consulting, un cabinet de conseil en télécommunications.

Le projet vise à optimiser un meilleur accès à des services Internet efficaces et à moindre coût.

Le haut débit constitue un levier majeur pour la compétitivité des entreprises ainsi que l’attractivité du Congo en matière d’investissements directs. Il existe nécessairement une forte corrélation entre la pénétration du haut débit et la croissance du PIB, explique t-on.

Outre la rentabilité du projet, le consortium s’assurera de sa fiabilité tout en assistant le gouvernement dans l’élaboration du plan d’affaires.  Il est espéré un écosystème Internet amélioré et fiable à l’issue du recrutement de l’opérateur attendu.

Selon le projet CAB, les entreprises et l’administration publique en tireront profit. Le processus offrira par ailleurs de nouvelles opportunités économiques et sociales qui permettront de lutter contre la pauvreté grâce au numérique.

Pour le gouvernement, ce processus consacre l’ultime étape pour la partie congolaise du projet d’interconnexion technique de la République du Congo avec les pays frontaliers.

« L’accès au haut débit est un facteur clé de la croissance du développement, de la diversification de l’économie et de l’aménagement du territoire. Ainsi se concrétise l’ambition du président de la République de  mailler l’ensemble du territoire national d’infrastructures de base en télécommunications très haut débit, ouverte à la sous-région, afin d’ouvrir largement le Congo aux TIC. Ce qui accélérera l’entrée du Congo dans l’ère de l’information et du savoir », avait souligné le ministre des Postes et télécommunications, Léon Juste Ibombo, lors de la réunion officielle de lancement du projet, le 1er septembre.

Bertrand BOUKAKA