Ecair : les agents haussent le ton et le son pour réclamer leurs arriérés de salaires

Les 750 agents de la compagnie aérienne nationale congolaise, Ecair (Equatorial Congo Airlines) ont manifesté pour la deuxième fois en quatre semaines pour réclamer le paiement de leurs droits. En lieu et place des pancartes avec des slogans, devant le siège de leur compagnie, situé à un jet de pierre de l'aérogare de Brazzaville, ils se sont présentés samedi 7 août 2021 avec toutes sortes d'instruments pouvant produire un bruit assourdissant.

« Nous sommes revenus pour revendiquer la même cause, c'est-à-dire nos droits. On est revenus avec des casseroles pour que nous puissions nous faire entendre parce que depuis notre première manifestation, les autorités n'ont pas répondu à nos doléances », a déploré un agent.

Exaspérés parce qu'abandonnés à leur sort depuis cinq ans suite à la faillite de leur société, la situation sociale de ses agents d’Ecair laisse à désirer. Ils condamnent surtout le silence des autorités.

Plus d'une fois, le gouvernement a exprimé l'ambition de relancer la compagnie Ecair sans toutefois présenter un plan concret.

Récemment au cours d’une interpellation du gouvernement par les députés, le Premier ministre a expliqué que la compagnie Ecair a déposé son bilan à cause d’un surendettement.

Selon Anatole Collinet Makosso, le gouvernement étudie les voies et moyens pour relancer cette entreprise dont l’essentiel de la flotte serait en révision technique.

On rappelle que tous les avions de la compagnie nationale aérienne Ecair, créée en 2011, sont cloués au sol depuis 2016. L’entreprise a fait faillite après cinq années d’existence seulement. Depuis lors, les agents n’ont pas reçu un centime.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner