Congo – Étudiants en Ukraine et Biélorussie : Une agence privée basée à Brazzaville serait au cœur d’une grosse arnaque

Des étudiants congolais admis dans des universités privées en Ukraine et en Biélorussie par le biais d’une agence basée à Moungali, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville seraient en proie à de nombreuses difficultés. Dans une lettre parvenue à notre rédaction, ceux-ci dénoncent les pratiques d’un promoteur qui se serait simplement volatilisé, après s’être mis plein les poches.

Selon les étudiants qui nous ont écrit de Dnipropetrovsk, « un certain monsieur Samba Augustin Felvy a une agence de voyage pour étudiants congolais de désireux poursuivre leurs études universitaires dans les pays de l'Europe de l'Est et plus particulièrement l'Ukraine et la Biélorussie. Ladite agence est située à Brazzaville à Moungali vers arrêt Combattant, au numéro 70 de la rue Makotopoko. Ce monsieur est lui même un ancien étudiant en Ukraine. Il n'a d'ailleurs jamais terminé ses études universitaires mais il a des papiers Ukrainiens, ce qui lui permet d'obtenir des contrats avec plusieurs universités sur place et avoir des relations ici pour exercer son commerce.

De nombreux étudiants sont arrivés il y a six ans, par le biais de son agence. Seulement voilà ! Depuis septembre dernier le monsieur ne cesse d'escroquer des parents et les étudiants au pays. Là où nous vous écrivons, il a escroqué de l'argent à 9 étudiants pour être précis 6 millions à chacun d'eux leurs promettant avec assurance d'obtenir sans aucune difficulté leurs visas. Les étudiants et leurs familles ont bien sûr fait confiance car son agence est bien connue. Dans les 6 millions qu'il a pris à chacun d'eux, selon lui, il y a les frais d'étude pour toute la première année, l'hébergement au campus pour toute une année aussi, les frais de visa d'étude à l'ambassade de l'Ukraine au Sénégal, leurs billets car c'est l'agence qui fait tout. Seulement, le monsieur a disparu dans la nature et depuis de nombreux mois déjà, il est recherché au pays par les étudiants et les familles, dont il a extorqué de grosses sommes d’argent. Imaginez avec cette galère et toute cette misère au pays que des parents perdent tout ça et le monsieur serait venu se cacher dans un village ici en Ukraine où il est intouchable.

Nous vous écrivons pour qu’à travers votre média qui est bien lu ici et au pays, vous rendez compte de cette grosse arnaque et en prévenir d’autres, car plusieurs familles sont à la recherche de ce monsieur et pleurent en ce moment. »

Cette correspondance montre à l’évidence combien certains congolais sont passés maitres dans l’art de l’extorsion de fonds, à travers des moyens biens rodés, parfois avec de bonnes intentions au départ. Les études à l’étrangers sont ainsi devenues un filon porteur, tant de nombreux parents fortunés ou pas aimeraient bien y envoyer leurs enfants, afin qu’ils bénéficient des structures et des études convenables. Beaucoup déchantent hélas, car les conditions de vie et d’études à l’étranger ne sont toujours pas garanties par le promoteur qui promet monts et merveilles, ce qui n’est toujours pas la réalité à laquelle sont confrontés les étudiants obligés de vivoter. De nombreuses filles s’y sont même lancées dans la prostitution pour survivre.

En attendant la réponse, sinon les éclaircissements de monsieur Samba Augustin Felvy que nous ne manquerons pas de publier, il serait peut-être temps pour les pouvoirs publics, de contrôler la fiabilité de ces agences d’études à l’étranger qui désormais pullulent dans le pays.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner