Congo – Législatives : Euloge Landry Kolelas au plus près des réalités de terrain pour une campagne de proximité

Candidat dans la circonscription de « Kinkala district », Euloge Landry ne se ménage aucune zone de confort. Pour sa campagne électorale, il est auprès des populations des villages qui composent sa circonscription électorale, sans en négliger aucun. Des moments de proximité qui libèrent la parole pour exposer les préoccupations des populations qui sont autant de défis à relever. Au regard de la mobilisation qui marque l’adhésion à sa candidature, en comparaison avec le corps électoral et en l’absence de sondages, cette indication montre à l’évidence qu’Euloge Landry Kolelas est parti pour l’emporter hauts les mains.

« Tata’ yo, nzalé sili », autrement dit, « l’arrivée de papa va combler nos faims ». C’est à travers cette ambiance faite de danses, et autres chants dont les textes témoignent l’espoir que suscite sa candidature, que le Président du Mouvement Congolais pour la Démocratie et le Développement Intégral, MCDDI, Euloge Landry Kolelas, est accueilli à travers les différents villages de sa circonscription électorale, qui en compte 58.

L’étape de samedi 2 juillet, l’a conduit à travers les villages Kintamou, Kimpila, Kololo, Kingandou, Moubiri, Zandou dia ba bakala et P.K Loualou.

Partout, les populations ont salué l’arrivée d’Euloge Landry Kolelas, en laquelle ils ont vu un signe de considération à leur endroit. Ces populations qui entendaient parler de la campagne des législatives, s’offusquaient du fait que certains candidats en lice dans leur circonscription, n’ont choisi que les grandes agglomérations, tels Madzia, Kibouendé ou PK Loualou pour battre campagne. Une attitude de mépris que l'arrivée du candidat Euloge Landry Kolelas, est venue corriger. « Nzari ka fuluka, mamba nto na nto », lui ont-ils confirmé, autrement dit, « ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières ».

Ils ont rassuré, que l’addition des voix acquises de facto dans ces localités, fera la différence qui conduira à la victoire inéluctable de leur candidat, celui du MCDDI, dont l’implantation est acquise depuis toujours et la visite à leur endroit n’est pas dictée par l’opportunisme électoral.

Confiant en ce que leur candidat dont les œuvres accomplies dans la contrée à travers ses fonctions régaliennes forcent l’admiration, car ayant redonné de l’espoir à des populations qui l’avaient perdu, ils ont pris l’engagement de voter pour Euloge Landry Kolelas, afin qu’il reste cet interlocuteur privilégié, car l’homme fait, plus qu’il ne dit.

Fidèle à ses principes, Euloge Landry Kolelas a davantage écouté, afin de cerner les spécificités des besoins propres à chaque localité.

Quoique recueillies de ci de là, ces doléances qui dessinent les difficultés du quotidien, se rejoignent en trois facteurs principaux : La Santé, L’École et la Route. En termes de santé, en dépit de la réhabilitation de certaines structures, celles-ci sont dépourvues de personnel soignant. Là où preste un infirmier, le centre de santé manque de l’essentiel à même de lui permettre de prodiguer les premiers soins. Le grand problème sanitaire reste celui des femmes enceintes, obligées d’aller bien loin, pour les accouchements ou le suivi pré ou post natal.

Même si l’école se réduit à des bâtiments sommaires, voire délabrés, le manque de personnel enseignant est un handicap vécu comme un crève-cœur par des parents qui assistent impuissants au dépérissement de l’avenir de leurs enfants, faute d’enseignement. C’est la mort dans l’âme qu’ils ont lancé le plaidoyer à Euloge Landry Kolelas. « Pour nous, il est déjà trop tard pour nous asseoir sur le banc de l’école. Mais, devons-nous aussi accepter qu’il en soit ainsi pour nos enfants ? ».

Quant à la route, pour des populations entièrement investies à la production agricole, la nécessité de l’ouverture des pistes agricoles s’impose avec acuité. C’est un de leurs vœux.

De toutes ces doléances, Euloge Landry Kolelas qui en connaît un bon bout, car sillonnant la contrée dans le cadre de ses fonctions, a pris bonne note.

Il a rappelé aux populations que pour qu’il soit cet interlocuteur à même de porter le message qui est le leur, la décision leur revient, à travers le choix électoral, pour lequel il sollicite leurs suffrages.

« Ntangu ni ntangu kwa », autrement dit, « le Soleil, rien que le soleil », entendu, l’emblème du MCDDI, ont partout clamé les populations. Un emblème dont ils ont résolu de plébisciter le candidat qui n’est autre qu’Euloge Landry Kolelas.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner