Denis Sassou N’Guesso participera à la conférence internationale sur la Libye le 12 novembre prochain à Paris

Une conférence internationale pour une sortie pacifique de la crise en Libye aura lieu le 12 novembre prochain à Paris en France. Le Président congolais, Denis Sassou N’Guesso participera à la rencontre en marge du forum sur la paix de Paris.

En raison de son dévouement et de ses multiples efforts consentis ainsi que de son leadership incontesté sur la question libyenne, le chef de l’État congolais, Denis Sassou N’Guesso est d’ores et déjà invité à prendre part à cette réunion de novembre prochain.

Le chef de l’Etat congolais, président du comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye est soucieux de trouver une issue heureuse à la situation en Libye.

L’Afrique ne s’oppose pas aux autres initiatives de paix, d’où qu’elles viennent. C’est plutôt la méthode tendant à la marginaliser qui est en soi un problème qui montre à n’en point douter que des intérêts inavoués préfigurent ces initiatives.

Depuis le 4 avril 2019, des violents combats opposent, aux portes de Tripoli, les forces loyales au gouvernement d’union nationale, reconnu par la communauté internationale, aux troupes du maréchal Haftar.

Jusqu’ici, les combats font des ravages et ont déjà fait plus de 500 morts et près de 2500 blessés.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, Denis Sassou N’Guesso a décidé d’appuyer la Libye dans ses efforts pour sortir de la guerre et du terrorisme.

Dans ses allées et venues ininterrompues et conformément aux objectifs que l’Union africaine s’est fixés sur le dossier libyen, le Président congolais se démène, consulte à intervalles réguliers, entame des négociations directes et indirectes avec les hommes-clés du conflit, discute sans discontinuer des conditions d’une solution politique consensuelle à la crise libyenne. Le souci étant pour Denis Sassou N’Guesso de persuader les protagonistes de s’entendre et de s’unir, pour enfin tenter, pourquoi pas un jour, de rassembler les dirigeants rivaux autour de la table du dialogue.

Une solution durable de sortie de crise s’impose donc en Libye. Et dans la recherche de celle-ci, Denis Sassou-N’Guesso a un pas d’avance sur la France.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner