Congo : Anatole Collinet Makosso veut restaurer «l'autorité de l'État»

Nommé Premier ministre, chef du gouvernement, le 12 mai 2021, Anatole Collinet Makosso, qui s'agace du laisser-faire et du laxisme de l'exécutif, plaide pour que la République du Congo cesse de reculer partout. Le successeur de Clément Mouamba a réaffirmé jeudi, lors de sa première sortie médiatique,  que la restauration de l’autorité de l’Etat sur tout le territoire national est inévitable.

« La priorité des priorités dans l’action qui sera la nôtre, en plus des axes que le Président a tracés, c’est la restauration de l’autorité de l’Etat. L’Etat doit avoir son autorité pour répondre à l’orientation qu’avait donnée le Président de la République dans son discours d’investiture : l’Etat protecteur qui est chargé de veiller à l’application des textes que votent les parlementaires », a déclaré le nouveau Premier ministre congolais, Anatole Collinet Makosso.

Pour Anatole Collinet Makosso, l’audit des textes à appliquer se résume à l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Pour garantir l’amélioration des conditions de vie des citoyens, il faut, a-t-il insisté « un Etat fort, avec une structure gouvernementale courageuse, qui soit capable non pas de mettre les Congolais au pas mais de les intégrer dans une cohésion nationale. Le but étant de faire en sorte que chacun respecte les textes et travaille pour le bonheur de la population ».

Le nouveau Premier ministre congolais entend consolider les efforts entrepris par le gouvernement sortant sous la direction de Clément Mouamba, en termes de lutte contre les antivaleurs, la bonne gouvernance, le respect du bien public et la gestion rationnelle de l’Etat.

Concernant la bonne gestion de la chose publique, il se veut rassurant : « Nous allons offrir à nos partenaires techniques et financiers, bilatéraux comme multilatéraux qui nous accompagnent ces garanties de transparence. Nous allons aussi les aider à mieux percevoir, rendre davantage visible ces efforts de transparence, de bonne gouvernance… ».

Anatole Collinet Makosso a, par ailleurs, remercié le président de la République pour « cette marque de confiance » à son égard.

«C’est la première fois qu’on aura un Premier ministre né après l’indépendance. C’est un symbole fort et il a plu au président de la République de poser cet acte pour montrer son engagement à conduire ce pays dans la mise en œuvre de la gouvernance intergénérationnelle qui nous conduit nécessairement vers l’alternance générationnelle mais en douceur, dans la paix, dans la quiétude », a-t-il conclu.

Dans l’immédiat, la tâche qui incombe au Premier ministre est de former une nouvelle équipe gouvernementale qu’il veut « courageuse et capable d’intégrer les citoyens dans une cohésion nationale ».

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner