Congo – Aviation civile : Un avion d’Air France essuie des tirs sur le tarmac de l’aéroport de Pointe-Noire

Un aéronef Airbus A330 de la compagnie Air France chargé de rapatrier des ressortissants français encore en déshérence au Congo, a été la cible de tirs de la part d’un élément de la gendarmerie nationale samedi 11 avril en soirée, à Pointe-Noire. L’appareil a subit des dommages qui le rendent indisponible. L’auteur des tirs a été placé aux arrêts de rigueur.

Samedi 11 avril, Aéroport Agostino Neto, le vol AF4145 parti de Roissy-Charles de Gaulle, achève sa manœuvre d’approche pour se poser à Pointe-Noire que soudain, retentissent deux coups de feu.

Les détonnations à peine couvertes par le vrombissement des moteurs de l’appareil sont caractéristiques et aussitôt reconnues par les agents de la Force publique sur place. Ils identifient l'arme qui a tiré, il s’agit d’un PMAK, ce fusil d’assaut en dotation dans les Forces Armées congolaises, la Police et la Gendarmerie. Le tireur, un gendarme en service à la brigade aéroportuaire à orienté son arme vers l’appareil.

L’homme est maitrisé, mais le mal est fait. Une des balles a perforé la carlingue avec un point d’impact bien saillant, tandis que l’autre a tracé un ricochet sur le tarmac.

Les deux trajectoires renseignent à première vue d’un manque de maitrise de l’arme par le tireur au moment d’ouvrir le feu. Les premiers constats révèleront un homme est en état d’ébriété.

Sur le tarmac, les enquêteurs retrouvent deux douilles ou étuis, une balle ou ogive et un chargeur garni.

Tirs volontaires ou incident de tir, l’enquête en cours le déterminera. Entretemps, l’appareil est inutilisable en l’état.

Suite à cet incident confirmé par Air France qui ne s’en tient qu’à « ces faits factuels en attendant le rapport officiel des autorités congolaises », la compagnie a reporté de 24 heures son vol Pointe-Noire-Bangui-Paris puis dépêché en remplacement un Boeing 777-200, depuis Paris. Les clients au nombre de 220 sur les deux escales ont été pris en charge par les équipes Air France.

Le ministre Raymond Zéphirin Mboulou s'est rendu à l'aéroport afin de s’enquérir de la situation. D'autre part, en rapport avec cette situation, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération s'est entretenu avec l'ambassadeur de France au Congo, dimanche. Les entretiens se sont déroulés en présence du ministre de l'Intérieur et de la ministre des Transports.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner