La coopération sino-africaine est fortement fondée sur l'amitié sincère et le respect réciproque (Denis Sassou Nguesso)

La coopération sino-africaine est fortement fondée sur l'amitié sincère et le respect réciproque (Denis Sassou Nguesso)

Le président congolais, Denis Sassou Nguesso a déclaré, dans une interview qu’il a accordée à l’Agence Chine Nouvelle, que la coopération sino-africaine est fortement fondée sur « l'amitié sincère » et le « respect réciproque».

Le Président congolais veut voir le partenariat entre son pays et la Chine couvrir tous les domaines d'activités pour lesquelles toutes les conditions sont réunies pour que les sociétés chinoises opèrent au Congo dans une compétition saine.

«Au regard des efforts du gouvernement visant à améliorer le climat des affaires, les sociétés chinoises trouveront leur compte et sont donc invitées à investir au Congo dans le cadre de la coopération sino-congolaise », a affirmé le numéro un congolais qui prendra part au Forum Chine-Afrique prévu en septembre prochain à Beijing, en Chine.

Les relations entre le Congo et la Chine constituent un modèle de réussite de la coopération sino-africaine. Malgré la crise économique, la coopération reste pragmatique et intense, mutuellement bénéfique. La coopération sino-congolaise établie en 1964 n’a presque jamais connu de couacs.

Au nombre des importants accords conclus entre les deux pays ces dix dernières années, figure l’accord-cadre de partenariat stratégique, assorti d’une enveloppe d’un milliard de dollars. C’est grâce à cet accord que le Congo a réalisé sa première route entre Brazzaville et Pointe-Noire, la capitale économique.

En 2012, Brazzaville et Pékin ont paraphé une série d’accords d’un montant global de 975 millions d’euros. Une partie du financement a été utilisée pour la reconstruction du quartier de Mpila, détruit par les explosions de mars 2012.

Depuis mai 2011 le Congo a inauguré son plus grand barrage, d’une capacité de 120 mégawatts. Un partenariat gagnant-gagnant qui honore les deux pays.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville