Les élections législatives et locales divisent l’opposition congolaise

A l'approche des élections législatives et des locales du 16 juillet prochain au Congo-Brazzaville, l'heure est à la division du côté de l'opposition congolaise.

La plateforme IDC (Initiative pour la démocratie au Congo)-FROCAD (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique) et CJ3M (Composante Jean-Marie Michel Mokoko) prônent le boycott alors que Guy Brice Parfait Kolélas le président de l’Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki) et le premier secrétaire de l’UPADS, Pascal Tsaty Mabiala ont refusé la politique de la chaise vide, en positionnant des candidats aux élections législatives et locales du 16 juillet prochain.

Le gouvernement congolais et des leaders de la société civile demandent aux jeunes en âge de voter à adopter une attitude responsable durant la campagne et le vote pour les élections législatives et locales qui se tiendront le 16 juillet prochain.

Une campagne de sensibilisation qui vise à barrer la route à la violence qui a émaillé les derniers scrutins référendaires et présidentiels au Congo-Brazzaville.

Le président congolais, Denis Sassou Nguesso ne craint pas le boycott prôné par l’opposition radicale.

«Je ne crains rien. Ce serait en réalité pour son propre malheur », a déclaré le numéro un congolais dans une interview sur TV5 Monde.

Germaine Mapanga

banner