Octobre Rose à Sevran : tous unis contre le cancer du sein avec l’Association Solidarité Universelle Monde « ASU Monde »

Le 1er octobre dernier a été lancé l’opération Octobre rose qui se tient dans un contexte sanitaire très particulier du fait du rebond du Covid-19. Et ce mercredi, tout de rose vêtus, les visages dissimulés derrière les masques protecteurs, la présidente de l’Association Solidarité Universelle Monde « ASU Monde », Axence Meg Jim Monafi Nguié, n’a pas voulu qu’octobre rose soit éclipsé par l’épidémie. Avec ses collaboratrices, elles ont organisé, dans différents centres commerciaux de Sevran, dans le département de Seine-Saint-Denis, en région Île-de-France, une campagne pour sensibiliser les femmes et les hommes au cancer du sein, d'encourager le dépistage de tous mais aussi des personnes à risques.

« Rarement une année ne nous aura rappelés avec autant de force à quel point la vie est pleine d’incertitudes et d’imprévus. À quel point elle est fragile aussi. Mais le vrai grand enseignement de 2020, c’est que nos sociétés ne pourraient pas traverser de telles crises sans le corps médical, les chercheurs et l’ensemble des soignants et sans la solidarité qui s’organise autour de leur admirable engagement. Chercheurs, médecins, malades, familles, amis, partenaires, associations, bénévoles… : C’est tous ensemble que nous combattons les cancers du sein à Sevran et dans le département de Seine-Saint-Denis », nous a confié Mme Axence Meg Jim Monafi Nguié.

« Si depuis de nombreuses années, d’importants progrès pour la recherche médicale ou pour la qualité de vie des malades ont été réalisés, il est nécessaire de continuer le combat. C'est dans ce but que notre association Asu Monde est sur le terrain pour sensibiliser les femmes au cancer du sein et les encourager à se faire dépister », a ajouté la présidente de l’association qui a pignon sur rue en France et au Congo, en Afrique.

Aujourd'hui en France, une femme sur huit court le risque de développer un cancer du sein. Face à ce chiffre, il faut encore et toujours prévenir, sensibiliser, témoigner et réunir des fonds pour aider chercheurs et soignants à limiter les conséquences de cette maladie mais aussi pour mieux accompagner les femmes qui en sont victimes.

Responsable de 12 000 décès par an, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France, avec près de 59 000 nouveaux cas détectés chaque année. Il est aussi celui avec le plus haut taux de mortalité.

Cependant, s’il est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans neuf cas sur dix. Il est alors recommandé aux femmes d’effectuer un dépistage tous les deux ans, à partir de 50 ans.

Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner