Congo : Un député fait usage de faux diplôme d’ingénieur, la justice demande la levée de son immunité parlementaire

Le procureur général près la Cour suprême, Gilbert Mouyabi, dans une requête en autorisation de poursuite pénale à l’encontre du député de Lékana, dans le département des Plateaux, Ghyslain Millet Galibali, a demandé à l'Assemblée nationale la levée de son immunité parlementaire. Suite à une mission de vérification de la conformité des dossiers de recrutement des agents du Fonds routier et du Bureau de contrôle des bâtiments et des travaux publics, pour la période 2009-2021, l’élu du peuple aurait fait usage de faux diplôme d’ingénieur obtenu en France alors qu’il n’aurait jamais fréquenté au sein de cet établissement.

L’affaire a été inscrite à l’ordre du jour de la quatorzième session ordinaire de l’Assemblée nationale qui s’achève ce lundi 11 avril 2022.

Les députés sont donc appelés à voter pour ou contre la levée de l’immunité parlementaire de leur collègue conformément à la loi qui stipule qu’aucun député ne peut être poursuivi sans l’autorisation de l’Assemblée nationale.

Au Congo-Brazzaville, des gens se permettent de trafiquer des diplômes, surtout qu’ils savent qu’il n’est plus évident de passer par le circuit informatique, ils se plaisent maintenant de falsifier les diplômes et quand vous les voyez, il n’y a pratiquement pas de différence avec le vrai diplôme.

Pour être embauché, certains candidats n’hésitent pas à enjoliver certaines lignes de leur CV, voire à s’inventer un diplôme jamais obtenu, en espérant ne pas être découverts.

Jean-Jacques DOUNDA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner