Les bus de la société Océan du Nord veulent pouvoir continuer à tuer les congolais sur la route

Les conducteurs des bus de la société Océan du Nord tiennent à leur véhicule, à pouvoir faire des infractions sans être sanctionnés, veulent pouvoir continuer à tuer les congolais sur la route. Un autre bus de la même société de transport en commun dont la réputation devient de plus en plus mauvaise, a renversé ce mercredi 14 octobre 2020, un cyclomoteur, vers le village Etsouali, dans le district de Ngo (département des Plateaux), tuant 2 personnes dont le motocycliste.

La liste des morts ne fait que s'allonger sur les routes congolaises. Depuis septembre dernier, la mortalité routière est repartie à la hausse. Plusieurs personnes ont trouvé la mort sur les routes.

Il est temps que les pouvoirs publics tirent quelques meurettes du chapeau pour arrêter ou réduire ce scandale de l’insécurité routière.

Ce qu'il faut, c'est enfin créer une véritable police de la route ou adapter la vitesse selon les routes car ailleurs, on a démontré que répression égal chute des accidents.

On ne peut être que tous pour que ce massacre s'arrête. Chaque année des familles entières sont brisées. Il y a des jeunes de 20 ans qui sont des morts-vivants. Il ne faut jamais oublier ce que c'est que la sécurité routière.

Personne ne se félicitera pour autant de ce palmarès, en l’espace d’un mois seulement, les bus de la société Océan du Nord ont fait quatre accidents mortels. Ce sont toujours plusieurs tués de trop.

Mardi, un accident de la route a fait deux morts et de nombreux blessés sur la route nationale. Il s’agit toujours d’un bus du transporteur Océan du Nord qui enregistre quasiment quatre accidents mortels en un mois et deux en deux jours. Un vrai record !

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner