Averda : L’État ne lui verse plus régulièrement ce qu’il lui doit conformément au contrat signé

La société privée chargée de collecter les ordures ménagères à travers les quartiers populaires de Brazzaville passe parfois des semaines sans opérer dans certaines zones où des immondices s’amoncellent devant des points sensibles comme les marchés. Les populations craignent l’apparition d’autres maladies en cette période de lutte contre le Covid-19. Selon une source proche d’Averda, cette société est confrontée à un problème : plusieurs véhicules de ramassage d’ordures sont sur cale. Leur entretien pose problème. L’État ne lui verse plus régulièrement ce qu’il lui doit conformément au contrat signé.

La société Congo Environnemental Service Averda, est rentrée de plein pied dans ses activités à Brazzaville, le 8février 2016. Avec la mise en service de cette société, la ville de Brazzaville, à travers l’administration municipale se voit ouvrir une nouvelle ère. Améliorer désormais son visage en apportant des réponses aux questions complexes de ramassages d’ordures ménagères, de nettoyage des rues, de traitement et d’élimination des déchets qui ont toujours constitué le goulot d étranglement.

L’arrivée de cette société était d’autant attendue qu’elle a permis à la ville de Brazzaville de faire un saut technologique de haute facture dans la gestion des ordures ménagères.

Sa flotte compte plus de 100 camions et balayeuses mécaniques qui sont déployés dans les rues de Brazzaville, et qui assurent le balayage mécanique de 150 km de bitume, tandis que ses balayeurs couvrent plus de 200 km de routes et de trottoirs.

Plus connu sous le nom de CES AVERDA,(Congo Environnemental Services), le nouvel opérateur est une filiale du Groupe AVERDA, présente dans 13 Etats, au Moyen orient, en Europe et en Afrique.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner