Mayoko : la végétation le long du chemin de fer totalement ratiboisée par des jeunes bénévoles

A Mayoko dans le département du Niari (sud), les riverains de la voie ferrée se sont réveillés au son des tronçonneuses. Tout est fait dans les règles, pour raison d'insécurité. Plusieurs jeunes bénévoles sont déterminés à élaguer, étêter et scalper les arbres le long du chemin de fer, notamment sur les axes Mayoko-Mbinda et Mayoko-Tsinguidi. Sur les lieux, des cadavres d'arbres jugés trop haut et qui menaçaient les rails, troncs et branches, jonchent le terrain.

Rien n'a été entretenu depuis plus de vingt ans sur la ligne COMILOG (Mont-Belo-Mbinda) construite dans les années cinquante (250km) pour permettre l’exportation du minerai de manganèse gabonais.

Ce travail d'élagage était donc nécessaire. L’objectif est d’éviter qu’un jour un arbre ne tombe sur la voie ferrée voire de mettre en danger un train et ses passagers.

Ces jeunes de Mayoko prétendent avoir effectué le travail de manière bénévole et sans la demande du CFCO ou des élus locaux.

On rappelle qu’après la fermeture définitive de la Comilog en 1991, la propriété des rails et de l’infrastructure est allée au CFCO qui n’a pas investi suffisamment dans l’entretien des rails.

Le vieillissement du matériel et la végétation ont mené à une série d’accidents parfois mortels.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner