Le Congo est en passe de décrocher un nouvel accord avec le FMI

Le Congo - Brazzaville est en passe de décrocher un nouvel accord avec le Fonds monétaire international (FMI). Le texte, élaboré ces derniers mois, prévoit un programme de trois ans au titre de la Facilité élargie de crédit. Le pays recevrait un appui de 456 millions de dollars en échange d'engagements précis sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. L'accord doit maintenant être approuvé par le conseil d'administration du FMI.

Ainsi, l'accord de 2019 est désormais enterré et c'est bien une nouvelle facilité de crédit que Brazzaville est en passe d'obtenir de la part du FMI. Il s’agit d’un programme de trois ans pesant 456 millions de dollars qui va de pair avec la mise en œuvre d'un certain nombre de réformes négociées, ces derniers mois.

Le FMI attend des avancées en matière de gouvernance, de transparence et de lutte contre la corruption.

Une source au sein de l'institution souligne que bien que supérieure à 70% du PIB, la dette (elle devrait atteindre à 94% en fin d'année) est considérée comme soutenable, grâce au moratoire sur les intérêts décidé par le G20 pour aider les pays pauvres en plaine pandémie de Covid-19.

De plus, les accords de restructuration de dette passés par le Congo avec la Chine et le négociant Trafigura ont joué en sa faveur, même s'il reste à Brazzaville à trouver un accord avec l'autre négociant, Glencore, qui possède une créance de 850 millions de dollars sur le pétrole congolais.

L'accord doit désormais être approuvé en décembre par le conseil d'administration du FMI et c'est ensuite seulement que toutes les conditionnalités fixées seront inscrites noir sur blanc.

Brazzaville qui n'avait pas respecté celles de l'accord de 2019, n'avait alors reçu que 10% des sommes promises.

L'accord a aussi été rendu possible par la renégociation de la dette du Congo envers la Chine et le négociant suisse Trafigura.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner