Musique : Jaelle YB, la nouvelle inspiration qui fait vibrer le monde du Gospel

Le monde du Gospel célèbre un jeune talent. Depuis quelques jours, cette voix qui unit les musiques comme le ciel unit les étoiles, se donne à fond dans l’œuvre de Dieu et par la mise en lumière de son expérience et de son talent qui pourraient bien la conduire à "sortir des ornières de l’histoire". Un véritable baume dans le contexte actuel où le Coronavirus a mis le monde à genoux. Offrir des motifs de joie là où il n’y a que tristesse. Le single « Mon être » de la splendide et ravissante Jaelle YB est un des motifs de cette joie. Une véritable bombe lyrique qui nous vient droit du ciel !

Jaelle YB a révélé sur https://www.youtube.com/watch?v=TXrJbnadWG le titre de son premier single « Mon être » dont la sortie dans les bacs est imminente.

« Dans la vie, il y a des situations qui nous ramènent à l’essentiel. En ce qui me concerne, les épreuves de la vie ont ravivé ma foi en Dieu. J’ai échappé au filet de l’oiseleur et dans mes prières, j’ai promis au Seigneur que s’il me relève, je consacrerai ma vie à Le glorifier. Il a écouté et exaucé mes prières. Il m’a accordé un nouveau souffle de vie. C’est pour cela qu’à travers ma voix, je vais témoigner sa grandeur et son amour incommensurables » a écrit Jaelle YB sur son compte Facebook depuis le Canada, son pays d’accueil.

« …Je ne vis que pour ta gloire car avec toi j’ai la victoire… », c'est le message principal de ce single, un hymne à la gloire du grand maître des univers.

La chanteuse de la nouvelle génération du gospel africain  est née dans une famille chrétienne. Son père enseignant de carrière et écrivain est aussi pasteur du Centre administratif de la mission unificatrice des enseignements de Dieu.

Jaelle YB a donc grandi dans un cadre religieux où la louange a toujours été son univers. Elle a grandi avec la présence de l’amour de Dieu à ses côtés. Donner Jésus aux autres est ce qui fait sa joie.

« Mon être » va permettre de mesurer le génie et le mystère d’une musicienne en pleine effervescence et qui se définit à la fois par la multitude de ses talents et l’évidence de son désir d’apprendre.

Les Saintes Ecritures nous laissent entrevoir : « Que tout ce qui respire loue l’Eternel ». Au lendemain de la célèbration de la fête de la Musique, notre Rédaction la célèbre et que le Seigneur puisse la bénir abondamment, plus d’inspiration, d’onction pour son œuvre.

Jean-Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

 

banner