Le DR Michel Innocent PEYA etait Face à la Presse Française le vendredi 13 Novembre 2015 à Paris.

 

Dans une conférence de presse tenue à Paris devant un parterre de journalistes Français, l’Ecrivain chercheur le Dr Michel Innocent PEYA a répondu aux nombreuses et pertinentes questions de journalistes sur le rôle et place des diasporas et de la jeunesse, dans le processus de développement en Afrique.

Des Diasporas :

Le Dr Michel Innocent PEYA a tout d’abord démontré l’importance et la valeur ajoutée des diasporas et jeunesses africaines dans les processus de développement car ils sont des véhicules de transfert de savoir et de savoir-faire a-t-il martelé avant de proposer aux gouvernants de créer un Ministère de la Diaspora à l’instar du Mali.

De la jeunesse :

Le chercheur à également exhorté et appelé la jeunesse à plus de responsabilité et à ne pas suivre des politiques aveuglements alors qu’elle devrait prendre toute sa place dans le processus de développement de notre bien commun le Congo. C’est en cela que le Dr Michel Innocent PEYA appelait de tous ses vœux les politiques à ne plus exclure cette couche sociale indispensable dans la nouvelle constitution congolaise.

De la crise Congolaise :

A propos des événements récents du Congo-Brazzaville, l’écrivain chercheur a justement déploré le comportement irresponsable de certains leaders politiques qui incitent à la haine, à la division et à la partition Nord-Sud, qui instrumentalisent des jeunes à leurs fins. Nous manquons d’amour pour notre bien commun le Congo à t-il martelé.

Le Président Denis Sassou Ngesso n’est pas le fruit du hasard.

Le Dr Michel Innocent PEYA a aussi soutenu la thèse selon laquelle, il existe, dans l’humanité, des hommes politiques providentiels, charismatiques, des leaders dont on ne peut pas se passer car ils posent leurs pays sur les rails de la démocratie et du développement en le plaçant également sur l’échiquier international. Ces hommes, attachés au sort de leur peuple, vont et viennent comme : Vladimir Poutine, comme Charles De Gaulle, et au bout du compte comme Sassou.

Le bon sens dissuade l’alternance absolue, il est de notre intérêt d’avoir ce genre d’homme à la tête d’un Etat comme le notre. A ceux qui oseraient douter de cette loi mystique de la résurgence du leader politique, de la reprise du service de sa longévité, le penseur Michel Innocent Peya, pour nous convaincre s’appuie sur Pascal Lissouba, scientifique de renom, qui disait, justement, « en science le hasard existe et que si ce hasard se répète ce plus du hasard ».

Ils ne sont pas légion, les hommes dont le destin est lié à leur pays et qui sont condamnés d’être à sa tête. Sassou fait partie d’eux.

« Quand on parle de la Chine, du coup on voit Mao, quand on parle de la France, du coup on voit Charles De Gaulle. Pour le Congo, le Congo de Sassou. Quand on parle de l’Afrique du Sud, on voit Nelson Mandela ».

dans la problématique du Dr Peya, le président congolais n’est pas fruit du hasard. Il est prédestiné au leadership. Son arithmosophie (concept emprunté au mathématicien Alain Kounzilat) donne un chiffre fort qui le classe parmi ceux qui on obéit et auxquels la marche du pays incombe. (Ré)incarnation du Kani, il est né pour commander. Renaissant de ses cendres, c’est un phénix. Initié avant sa naissance, c’est chef-né. Du reste, ainsi qu’il l’avoue dans son livre biographique : Le Manguier, le fleuve et la souris : dès l’âge de huit ans, il prenait la tête du groupe d’élèves qui se rendaient à l’école Fort-Rousset.

Critiques :

Les adversaires de cette thèse de l’immuabilité politique auront beau de jeu de parler d’attentat à la dialectique, de bataclan épistémologique, car si tout est mouvement, tout est changement (Disait K. Marx), le champ du pouvoir ne devrait pas être un « Père la chaise » des hommes politiques.

Suite des idées :

Il reste que le Dr Michel Innocent Peya est cohérent dans sa démarche. Déjà dans son livre « Entre le bons sens et l’alternance absolue » il y décrit la parabole de la termitière dont une faune rampante interlope (lézard, margouillat, serpent, scorpion, scarabée, mille pattes) squatte les lieux une fois la reine éliminée brutalement.

Dans cette allégorie le Dr Innocent Michel Peya articule la théorie de la permanence politique comme une nécessité. En revanche l’alternance absolue risque de provoquer un cataclysme systémique. Il y a du danger dans le changement. Aussi, lorsqu’on se retrouve à un carrefour, il est sage de tourner le dos à la voie inconnue en empruntant le sentier battu. On sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce qui va remplacer celui que l’on perd. Alors qu’on en à choisir entre l’ancien et le nouveau, il est préférable de prendre l’ancien ; la routine, si on ose le dire, ne déroute jamais.

Poutine :

Vladimir Poutine qui fait actuellement la pluie et le beau temps dans un monde sous la psychose des attentas est un bel exemple de revenant, un modèle de chef irremplaçable auquel la Russie doit stabilité, respectabilité et performances économiques. Les Russes ont alors fait un bon choix.

Il va de Poutine comme de Sassou. Son pays, le Congo à besoin de lui car sa personnalité comme celle de Mao pour la Chine, De Gaulle pour la France, Nelson Mandela est intimement liée à celle du Congo.

Giles Brice M
Journaliste

banner