Congo – Crise du Pool : La liaison avec Ntoumi passe mal, Isidore Mvouba en paye le prix

Congo – Crise du Pool : La liaison avec Ntoumi passe mal, Isidore Mvouba en paye le prix

Entre le point de vue officiel sur la nécessité d'un dialogue pour mettre fin à la crise du Pool, les conditions posées par le pasteur Ntoumi et le refus de toute initiative de dialogue avec le pasteur Ntoumi prôné par une certaine classe politique, les signaux sont pour ainsi dire brouillés. L'espoir qui semblait naître auprès des populations meurtries fait à nouveau place à l'angoisse.

Lorsque, clôturant une session de l’Assemblée nationale, son président Isidore Mvouba affirmait que le président Denis Sassou-Nguesso avait accédé à la demande des élus du peuple d’instaurer une plateforme d’échanges et de dialogue sur le Pool, il ne s'agissait ni plus ni moins que d'une volonté manifeste de se sublimer face à la douleur des populations du Pool, et de tenter une solution autre que celle des armes qui depuis plus d'un an déjà, ne sont pas venues à bout du pasteur Ntoumi et de ses combattants ninjas.

Isidore Mvouba: "le sel dans une main, l'huile dans l'autre, son pantalon tombe..."

Ce dialogue, la Fédération de l’opposition congolaise le veut bien à l’instar de son porte-parole Charles Zacharie Bowao qui souhaite qu’il aille au-delà de la seule question du Pool.

« Au lieu de continuer à nous entre-déchirer, à nous invectiver et à nous injurier alors que le pays est aujourd’hui une entreprise en cessation de paiement, il faut que nous prenions tous le courage de nous asseoir, de regarder ensemble quelles sont les voies du compromis qui peuvent nous sortir de cette insalubrité et de cette guerre du Pool qui, encore une fois, ne se justifie pas », déclarait Charles Zacharie Bowao.

Cette dynamique de paix a pourtant été battue en brèche par d'autres forces politiques, à l'instar de Digne Elvis Okombi Tsalissan qui soutient que « Le problème sur la question du Pool n'est plus d'organiser un dialogue avec Ntoumi ; ce qui ne serait qu'un moyen de fragiliser l'autorité de l’État face à un récidiviste. Ntoumi ne peut pas entrer à Brazzaville en conquérant comme Jules César ».

Et depuis, plus rien. Bien au contraire, des informations relayées par les réseaux sociaux font état d'une reprise soutenue des hostilités dans le département du Pool. Personne ne peut vérifier quoi que ce soit, et en l'absence de toute communication de la Force publique, le doute est permis.

Si tant est-il qu'il en est ainsi, pour certaines voix s'élevant du Pool, « Isidore Mvouba se serait fait piéger ». D'autres plus radicaux soutiennent : « Isidore Mvouba aurait convié ses frères et sœurs à sortir des forêts, pour les faire massacrer ».

En ayant pris l'initiative de l'option du dialogue avec le pasteur Ntoumi ou en l'ayant simplement relayée, Isidore Mvouba est désormais la cible des tirs croisés.

Bertrand BOUKAKA