Le matériel de travail des journalistes de DRTV confisqué par la police

En plein exercice de leur fonction, le journaliste et le cameraman de la chaîne de télévision privée DRTV désignés pour couvrir le sit-in organisé par les ex travailleurs des entreprises d’Etat liquidées, ainsi que ceux de l’ex-société Hydro-Congo, devant le Ministère de l’Economie et des Finances à Brazzaville, ont été surpris par la réaction des agents de la police qui s’y trouvaient.

Les éléments de la police, armés jusqu’aux dents, ont confisqué leur matériel de travail et les ont embarqués de force dans leur véhicule, pour les empêcher de faire le reportage du sit-in organisé par les manifestants en colère.

Ces derniers revendiquent tout simplement le paiement de leurs droits.

Récemment lors du retour au bercail du Général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat à la présidentielle du 20 mars 2016, des reporters de DRTV,  disent avoir été dépouillés de leurs biens.

Selon le classement RSF sur la liberté de la presse en 2015, le Congo dégringole de 25 places (107ème). Les médias indépendants ont en particulier vécu une année difficile.

Le gouvernement a « intensifié sa chasse aux journalistes critiques, usant parfois de méthodes extrêmement violentes », accuse l’association qui défend la liberté de la presse.

Aurélie ISSIMBA

banner