Pointe-Noire : Décédé sur la femme de ménage, sa femme et ses enfants refusent d’organiser ses funérailles

Un homme est décédé lundi dernier, au quartier Tchibamba à Pointe-Noire, en pleins ébats avec la femme de ménage dans le lit conjugal.

Il profitait de l’absence de sa femme et de ses enfants pour inviter la technicienne de surface dans le lit conjugal.

Victime d’un AVC, il y a un an, il passait la plupart de son temps à la maison en profitant de sa ménagère.

Cadre au trésor public de Pointe-Noire, il s’est retrouvé dans l’incapacité de continuer à exercer sa profession.

Les circonstances sa mort alimentent les commères dans le quartier, ce qui a poussé la femme et les enfants à décliner l’organisation de la veillée mortuaire à leur domicile.

Pour les enfants, c’est inconcevable que leur père soit mort en pleins ébats sexuels avec la femme de ménage dans le lit conjugal.

La famille du disparu a exigé à ses enfants et sa veuve de libérer la parcelle. Il leur a été interdit aussi de se rendre au lieu de la veillée funèbre au quartier la base.

Pour la veuve et ses enfants, il est hors de question pour eux de libérer le domicile familial, moins encore de remettre les biens hérités.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner