Kinshasa et Brazzaville menacées par une pollution aux substances toxiques

Plusieurs cours d’eau ont été touchés et la pollution se rapproche des deux capitales, situées de part et d’autre du fleuve Congo. Les autorités de RDC pointent la responsabilité de sites miniers angolais, de l’autre côté de la frontière.

Ève Bazaïba, vice-Premier ministre et ministre de l’Environnement, ne craint pas d’être alarmiste. Évoquant « une situation écologique catastrophique », elle affirme que la pollution de plusieurs rivières des provinces du Kasaï et du Kwilu « constitue un danger pour les écosystèmes » de la RDC.

L’alerte a été donnée au début du mois d’août après un changement de couleur des eaux de plusieurs cours d’eau, dont le Tshikapa, le Kwilu et le Kasaï – les deux premiers étant des affluents du troisième, qui lui-même se déverse dans le fleuve Congo.

Résultat : la pollution est à ce jour aux portes de la ville de Kinshasa et, par la force des choses, de Brazzaville.

Jack de MAÏSSA / Source Jeune Afrique

banner