Congo – Mairie de Brazzaville : Pris en flagrant délit ‘’d’irrégularités financières ‘’, Christian Roger Okemba suspendu de ses fonctions

Christian Roger Okemba a de quoi avoir des sueurs froides car la descente aux enfers s’amorce sans doute pour lui. Suspendu de ses fonctions de maire de la ville capitale, l’homme s’est également vu ses comptes gelés, alors que la justice va désormais entrer en scène pour écarquiller ses yeux sur sa gestion, décriée par le conseil communal qui a du reste réclamé son départ.

« Quand un détail devient un symbole, peu importe qu’il soit infime », écrivait Gilbert Cesbron, dans son Journal sans date. L’action menée par le conseil communal de la ville de Brazzaville, est certes un détail, en matière de dénonciation de gestion scabreuse du maire Christian Roger Okemba, mais elle est unanimement saluée par les Brazzavillois qui y voient un symbole, élément déclencheur des mesures prises par le ministre de l’Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou à l’encontre du maire Christian Roger Okemba.

Ces Brazzavillois arguent que « Denis Sassou N’Guesso a enfin trouvé des relais à la base, pour cibler les antivaleurs et traquer les détourneurs des deniers publics. En dénonçant ainsi, avec tous les détails et sans trembler, beaucoup de ceux qui ont des comptes à rendre seront confondus et pris dans la nasse. »

Justement, la main du ministre Raymond Zéphirin Mboulou non plus, n’a pas tremblé. Face à l’évidence des faits qui laissent très peu de place au doute, le ministre de l’intérieur a, coup sur coup, pris deux arrêtés qui scellent à tout le moins le sort de Christian Roger Okemba.

Par un arrêté pris en date du 28 février 2020, le ministre de l'Intérieur a suspendu de ses fonctions le président du conseil départemental et municipal de Brazzaville, maire de la ville capitale, Christian Roger Okemba. Cette décision a été prise pour "permettre de mener des investigations appropriées sur les irrégularités constatées dans la gestion administrative et financière de sa commune", peut-on lire sur cet arrêté.

Cette suspension intervient après la mise en cause de la gestion des ressources de la mairie par Christian Roger Okemba. Une action menée par un groupe de 67 conseillers (sur 101) qui ont mis en avant leur majorité pour demander auprès du ministre de l'Intérieur le désaveu de leur président.

Un autre texte signé du ministre est une correspondance de demande de blocage d’une action financière. Elle rattrape in extremis un virement de plus d’un milliard de francs CFA dont Christian Roger Okemba s’apprêtait à bénéficier au travers d’une société-écran.

Sans doute son chèque d’adieu, car l’homme se savait désavoué par la majorité du conseil et qu’à terme, son départ serait acté.

Si l’on en est pas encore à l’épilogue de cette affaire pour laquelle le procureur Oko Ngakala s’est empêché de prendre son week-end, afin de se saisir de la clameur publique et scruter minutieusement les pièces déjà disponibles du dossier, il va s’en dire que l’action du conseil municipal de la ville de Brazzaville fera date. Qui sait, si Brazzaville n’aura pas ainsi, « donné le ton, le rythme et la cadence » dans la lutte contre les antivaleurs dont tous les citoyens devraient pourtant être des acteurs.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner