La France se dit "préoccupée" par la situation dans le département du Pool

La France se dit "préoccupée" par la situation dans le département du Pool

A quelques jours du second tour des élections législatives prévu dimanche prochain au Congo-Brazzaville, la France, partenaire privilégié du Congo, a exprimé sa « préoccupation » concernant la situation dans le département du Pool (sud) et ses conséquences sur le plan humanitaire.

«La France appelle les autorités congolaises à prendre les mesures nécessaires pour rétablir rapidement les conditions qui permettront la tenue des élections dans toutes les circonscriptions concernées », a déclaré à l'Afp à Paris, Agnès Romatet-Espagne, porte-parole du Ministère français des Affaires étrangères.

Le 16 juillet dernier, une bonne partie du Pool a été totalement exclue du processus électoral. Les élections législatives et locales sont reportées dans 8 des 14 circonscriptions du département en raison de l'insécurité et du déplacement massif des populations.

Région voisine de Brazzaville, le Pool a été secoué par une guerre civile entre 1998 et 2003 ayant opposé l’armée et les ex-combattants Ninjas dirigés par Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntoumi.

Le Pool a replongé dans la violence depuis l‘élection présidentielle du 20 mars 2016, remportée par le président Denis Sassou Nguesso.

Le gouvernement accuse le Pasteur Ntoumi et ses éléments de commettre des exactions sur les populations dans le Pool, tandis que les ONG internationales dénoncent «une répression à huis clos ».

Edwige KISSINGER