La France veut maintenant plus d’étudiants étrangers sur son sol

La France veut maintenant plus d’étudiants étrangers sur son sol

La France est passée du troisième au quatrième rang mondial pour l’accueil des étudiants étrangers, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Une rétrogradation qui ne passe pas aux yeux du premier ministre français, Edouard Philippe qui a pris la décision d’ouvrir largement les frontières de la France aux étudiants étrangers.

«La France a besoin des étudiants étrangers sur son territoire », a déclaré Edouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale afin de solliciter la confiance des députés français, ce mardi au palais Bourbon.

La France a une longue tradition d’accueil des étudiants africains, mais ces derniers sont de plus en plus découragés par la politique restrictive du gouvernement français en matière d’attribution des visas et par le coût des études.

La tendance est au tassement de la mobilité africaine vers la France, ce qui profite notamment aux destinations interafricaines, au Moyen-Orient et à la Chine.

On rappelle que chaque année ce sont près de 300.000 étudiants étrangers qui poursuivent leurs études en France, ce qui place le pays au 4è rang mondial en termes d'attractivité universitaire.

Le socle entre les dépenses des étudiants étrangers et de leurs proches en France et les coûts supportés par la collectivité est positif de plus de 1,5 milliard d'euros par an, selon une récente étude de Campus France et de l'Institut BVA.

Jean-Jacques Jarele SIKA