Japon: Encore un séisme suivi de tsunami à Fukushima

Japon: Encore un séisme suivi de tsunami à Fukushima

Un fort séisme s'est produit mardi matin dans le nord-est du Japon, au large de Fukushima, déclenchant un tsunami près de la centrale nucléaire accidentée en mars 2011, mais aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat. 

La secousse de magnitude de 7,4 s'est produite à 05H59 locales (20H59 GMT) à une profondeur d'une dizaine de kilomètres, selon l'Agence météorologique nationale (6,9 selon l'institut géologique américain USGS). Peu après, "à 06H38, un tsunami de 1 mètre a été mesuré" au niveau des centrales Fukushima Daiichi, touchée en 2011, et Fukushima Daini, a indiqué la compagnie Tepco (Tokyo Electric Power) qui gère le site.

Aucun problème n'a été détecté à ce stade, a cependant précisé un porte-parole. "La situation ne cause pas d'inquiétude immédiate".

Un tsunami de 1,4 m a également été observé sur la côte de Sendai (préfecture de Miyagi) et plusieurs autres de quelques dizaines de centimètres avaient été relevés auparavant.

Il existe un risque de vagues plus élevées, ont averti les autorités qui avaient auparavant dit qu'elles pourraient atteindre jusqu'à trois mètres. Des ordres d'évacuation ont été donnés par plusieurs localités. "La côte est extrêmement dangereuse: n'allez ni en mer, ni à proximité, jusqu'à la levée de toutes les alertes et avis", a insisté un responsable de l'agence de météo lors d'une conférence de presse diffusée par la chaîne NHK.

Aucune information sur des dégâts majeurs ou blessés n'avait été rapportée dans l'immédiat, hormis un début d'incendie dans une raffinerie, selon la NHK.

Le Premier ministre Shinzo Abe, actuellement en déplacement en Argentine a ordonné aux ministres '' de relayer les informations et d'agir promptement en cas de dégâts".

Le tremblement de terre a été vivement ressenti dans un large périmètre de l'île principale de Honshu, où se trouve Tokyo, réveillant des millions d'habitants de la région qui avait déjà été dévastée par un énorme tsunami en mars 2011.

Bertrand BOUKAKA