Gabon : Séraphin Moundounga traite Ali Bongo de tricheur

Gabon : Séraphin Moundounga traite Ali Bongo de tricheur

Séraphin Moundounga, ancien Vice-Premier ministre chargé de la Justice a dans une interview à l’hebdomadaire français JDD affirmé qu’Ali Bongo Ondimba a triché lors de l’élection présidentielle du 27 août dernier remportée selon lui par Jean Ping avec 60% des suffrages contre 38% pour Ali Bongo et 2% pour les autres candidats.

« Sur tout le territoire, Jean Ping l’a emporté avec 60 % des voix contre 38 % pour Ali Bongo et 2 % pour les autres candidats. Bongo a donc triché. Il aurait fallu procéder à un comptage transparent devant les observateurs de l’Union européenne et de l’Union africaine. Jean Ping l’a accepté mais Ali Bongo a refusé… » a dit Séraphin Moundounga au JDD.

Séraphin Moundounga dans la même interview rejette les résultats officiels qui donnent 50,66% des suffrages à Ali Bongo et 47,24% à Jean Ping.

L’ex tout puissant ministre de l’Education nationale confie aussi au journal français qu’à la veille de la publication des résultats par le ministre de l’Intérieur, Ali Bongo lui aurait demandé « d’indiquer à la télévision qu’un hacker ivoirien avait inversé les résultats en faveur de l’opposition lors de leur transmission de l’intérieur du pays vers la capitale, Libreville ». Ce que celui-ci aurait refusé de faire d’où la naissance d’un conflit ouvert entre les deux hommes.

Séraphin Moundounga affirme avoir échappé à quatre tentatives d’assassinats. Il aurait quitté le Gabon à bord d’un ULM à destination du Cameroun avec 3 costumes dans une sacoche. C’est du Cameroun qu’il a gagné l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique.

A propos d’Ali Bongo qu’il a accompagné durant son premier septennat en qualité de ministre inamovible, il affirme que celui-ci est un dictateur. Il le compare à Moammar Kadhafi qui tue son propre peuple via ses « escadrons de la mort ».

Ali Bongo serait « reclus dans le palais présidentiel depuis le 30 août, entouré par des chars assurant sa protection », affirme l’ancien garde des Sceaux qui réclame désormais des sanctions internationales contre son ancien patron.

Il propose notamment le vote d’une résolution de l’ONU contre Ali Bongo, des sanctions économiques ciblées pour « violation massive des droits de l’homme » avec le concours des mercenaires encagoulés qui ne parlaient ni le français, ni les langues locales mais l’anglais ou l’arabe.

Le palais présidentiel n’a pas encore réagi à ces accusations émanant d’un ancien compagnon de route et de l’une des principales éminences grises du premier septennat.

Séraphin Moundounga avait démissionné tambours battant en pleine crise postélectorale. Sa démission du gouvernement et du parti au pouvoir était un coup dur pour Ali Bongo.

Germaine Mapanga