Congo : Construction des logements sociaux et un marché moderne à Kintelé

Congo : Construction des logements sociaux et un marché moderne à Kintelé

Les Marocains ont reçu une autorisation du gouvernement congolais de construire entre autres des logements sociaux et un marché moderne dans la commune de Kintelé, dans le département du Pool, à environ 17 km de Brazzaville.

Selon le directeur général de la Société africaine des travaux, Issam Jabri, l’objectif est de développer le secteur immobilier au Congo.

«Ce projet aura de grands impacts sur la société congolaise. C’est un grand projet qui s’étale sur une période de 10 ans pour un montant estimatif de 50 milliards FCFA. Nous allons donner la possibilité à tous les Congolais d’acquérir un logement décent où ils peuvent s’identifier », a déclaré Issam Jabri.

Consciente du fait que les logements sociaux manquent au Congo, la société africaine des travaux entend tout mettre en œuvre afin d’offrir aux congolais des logements sociaux aux prix abordables.

Dans son bilan pour cette année, le ministre congolais de la Construction, de l’urbanisation et de l’habitat, Josué Rodrigue Ngouonimba, indique que 3070 logements sont en construction dans plusieurs villes du pays, notamment à Owando, Oyo, Kinkala, Kindamba, Sibiti, Madingou, Brazzaville, Pointe-Noire et Diosso, dans le cadre de la Municipalisation accélérée.

Au gouvernement, on considère que ce n’est certes pas un chiffre satisfaisant, mais pas catastrophique non plus.

L’offre en logements reste toujours en deçà de la très forte demande, selon le ministre Josué Rodrigue Ngouonimba qui se retrouve face au grand défi du respect des délais de réalisation de tous les chantiers lancés par le secteur afin de répondre à la demande grandissante sur le logement et atteindre les objectifs tracés.

On rappelle qu’après cinquante-sept ans d’indépendance, la majorité des congolais vivent encore dans des quartiers insalubres, des ruelles poussiéreuses ou pleines de boue, des nids-de-poule, les toits en tôle rouillée. Ces phénomènes d’habitats indignes, insalubres et informels concerneraient environ 2/3 de la population du Congo.

Germaine Mapanga