Congo – Santé : Faute d'antirétroviraux, les malades se meurent

Congo – Santé : Faute d'antirétroviraux, les malades se meurent

Les malades du SIDA regroupés au sein du Réseau national des Associations des Positifs du Congo (RENAPC) ont organisé samedi à Brazzaville, une action de plaidoyer pour dénoncer la rupture du stock des antirétroviraux (ARV) dans le pays.

"Cela fait près de six mois que les malades du SIDA ne peuvent plus se soigner, faute d’antirétroviraux ; la situation est grave, il y a des décès", a déclaré à la presse le directeur exécutif du RENAPC, Jean Pierre Mahoungou.

"Nous demandons au gouvernement l'achat pour six mois des ARV en stock initial ; trois mois de stock de sécurité et lancer tous les trois mois une commande", a-t-il souligné.

Malgré la pluie diluvienne qui s'est abattue sur la capitale congolaise, samedi matin, près de 200 malades du SIDA ont pris part à ce plaidoyer, au siège du RENAPC. "Stop à la gestion chaotique et ruptures ARV, des antituberculeux et réactifs de suivi biologique du VIH/SIDA", pouvait-on lire sur une grande banderole placée à l'entrée du siège.

Selon le RENAPC, citant les statistiques officielles contenues dans le rapport de décembre 2014 du Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS), le Congo compte à ce jour 38.500 personnes séropositives éligibles aux ARV, dont 17.884 adultes et 1.452 enfants sont sous traitement aux antirétroviraux actuellement pris en charge dans 56 sites sur 77 prévus.

Depuis plus de 20 ans, le gouvernement congolais a décrété la gratuité des ARV qui ne sont pas disponibles dans les pharmacies locales. 

Bertrand BOUKAKA