Afrique – Évocation : Thomas Sankara, 29 ans déjà !

Afrique – Évocation : Thomas Sankara, 29 ans déjà !

La date de samedi 15 octobre 2016 a marqué le 29ème anniversaire de la mort du président du Faso, Isidore Noël Thomas Sankara assassiné le jeudi 15 octobre 1987.

Thomas Sankara, à l'instar de Patrice Lumbumba, aura marqué la jeunesse africaine, au point que sa mort eut une résonance particulière à travers le continent.

Je m'en souviens encore, comme si c'était hier. L'annonce de l'assassinat du « camarade Thomas Sankara » fut vécut tel un coup de massue par les instances politiques de la jeunesse congolaise de l'époque, l'UJSC.

Le lendemain vendredi, dans la chronique matinale quotidienne ''le télex de la jeunesse'' diffusée à la ''voix de la révolution congolaise'', l'UJSC condamna « le meurtre crapuleux du leader du Fasso, orchestré par la soldatesque de Ouagadougou ».

C'est Godefroy Dominique Sala, chef du département de la Presse Propagande et Information'' du Comité Central de l'UJSC qui s'y colla lui même, événement oblige, remisant sur la touche les présentateurs habituels, Jean-Baptiste Yéké-Kokolo et François Morenho Itari.

Ce télex qui ''condamnait avec la dernière énergie ce crime perpétré par les valets locaux de l'impérialiste'' annonçait la position de la jeunesse congolaise.

Ce même vendredi 16 octobre 1987, se tint sous la présidence de Gabriel Oba Apounou premier secrétaire, une réunion extraordinaire du bureau du comité central de l'UJSC à laquelle furent conviés tous les membres du bureau présents à Brazzaville. Il fut décidé d'un grand meeting de dénonciation et de condamnation de la situation créée à Ouagadougou par Blaise Compaoré.

Le lycée de Mikalou, nouvellement construit ne portait pas de nom, si ce n'est celui de Mikalou. Le Bureau du comité central de l'UJSC décida d'y tenir ce meeting qui draina toute la jeunesse Brazzavilloise, le samedi 17 octobre. À l'occasion, le Lycée de Mikalou fut baptisé ''Lycée Thomas Sankara.

La jeunesse congolaise, par la voix de Godefroy Dominique Sala lança une cinglante diatribe à l'endroit de Blaise Compaoré et mis en garde les ''Compaoré du Congo''. De même, l'UJSC cita le capitaine Thomas Sankara, idole de la jeunesse congolaise au titre de ses héros comme Marien Ngouabi, Emery Patrice Lumumba, Um Niobé...

À Pointe-Noire, lors d'un meeting s'inscrivant dans la même dynamique, l'institut polytechnique fut débaptisé ''Institut Thomas Sankara''.

Les groupes vocaux trouvèrent dans l’œuvre de ''Thomas'' ainsi qu'on l'appelait déjà, à l'instar de ''Marien'', une source d'inspiration pour leurs chansons révolutionnaires.

Idole de la jeunesse africaine, Thomas Sankara, « vaillant combattant de la liberté » était entré dans l'histoire des « hommes de tous les temps ».

La tombe de ''Thomas'', lieu de pèlerinage révolutionnaire

Ce 15 octobre 2016, la télévision du Burkina ainsi que d'autres télévisions africaines ont fait place nette dans leurs programmes pour des émissions, tribunes et débats sur l'évocation de la vie et l’œuvre de Thomas Sankara.

Benoît BIKINDOU