RDC : Réunion de clarification à l’UNC France

RDC : Réunion de clarification à l’UNC France

L'heure de la grande explication a sonné à la Fédération de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) France. Le Fédéral de ce parti de l’opposition congolaise, Didier Mpiana a tenu une réunion de clarification et de mise au point dans le 10ème arrondissement de Paris, pour tenter d'aplanir leurs divergences nées de la participation de leur parti au Dialogue national.

Tous les responsables et membres de l’UNC France ont pointé présent à cette réunion.

Pour le Fédéral de l’UNC France, Didier Mpiana, la participation de leur leader Vital Kamerhe au Dialogue national ne ressemble pas à un soutien au président Joseph Kabila, mais plutôt une manière d’apaiser le climat politique et de favoriser la tenue de l’élection présidentielle afin de permettre aux congolais de voter leur président de la République dans la paix le moment venu.

Vital Kamerhe, l’ancien président de l’Assemblée nationale du Congo-Kinshasa, pourrait-il devenir prochainement le Premier ministre de Joseph Kabila ? L’hypothèse, de plus en plus évoquée au sein du microcosme politique kinois, semble faire son chemin. La position d’apaisement du leader de l’UNC vis-à-vis du facilitateur du Dialogue national, le togolais Edem Kodjo, qu’il a rencontré à deux reprises ces dernières semaines, à Lomé puis à Kinshasa, rend l’hypothèse plausible selon les observateurs.

On rappelle qu’un accord a été trouvé dans la nuit de vendredi à samedi entre la majorité et l'opposition qui participe au dialogue national en RDC. L'accord doit encore être signé en plénière. Il prévoit la gestion de l'après-19 décembre, date de la fin du second et dernier mandat de Joseph Kabila, et l'organisation d'élections pour avril 2018.

Tous les obstacles ont été levés cette nuit alors que le dialogue national entre majorité et la frange de l'opposition qui a accepté de négocier se poursuit depuis le 1er septembre.

Joseph Kabila reste en fonction jusqu'à l'installation du nouveau président élu. Il devra gérer le pays avec un Premier ministre issu de l'opposition.

Concernant les élections, le dépôt des candidatures est prévu pour le 30 octobre 2017. Et les différents scrutins devront avoir lieu six mois après, donc fin avril 2018.

Germaine Mapanga