Des policiers maliens s’évaporent sans trace dans la nature canadienne

Des policiers maliens s’évaporent sans trace dans la nature canadienne

Plusieurs commissaires maliens ont « miraculeusement » disparus au Canada où ils devaient se spécialiser dans la lutte contre le terrorisme, un domaine pour lequel les besoins de leur patrie ne sont plus à démontrer au regard des misères que le fléau du terrorisme fait subir à la population.

Au mépris des grands espoirs et attentes que les autorités reposent sur eux, ils ont choisi de s’évaporer dans la nature canadienne et de gonfler les rangs des dizaines voire des centaines d’irréguliers et autres sans papiers maliens avec tout le risque que cela comporte, dans un pays où les médecins n’ont pas le droit d’apporter des soins primaires à un malade irrégulier sans assurance maladie.

On aura tout vu et entendu dans un continent où les citoyens sont obnubilés par le désir de l’exil, de l’évasion et de la fuite dans le but d’échapper à la mal-vie collective.

La tentation ne se développe pas que dans les seuls rangs de ceux qui empruntent les embarcations mortelles de Ceuta et Melilla.

Ces évasions sont monnaie courante chez les sportifs et artistes africains.

Jean-Jacques Jarele SIKA