Le Congo a un faible taux de bancarisation de 13%

Le Congo a un faible taux de bancarisation de 13%

Le ministre congolais des Finances, Gilbert Ondongo a déclaré hier à Brazzaville, lors de la cérémonie d'inauguration du nouveau siège de BGFI-Bank Congo, que le Congo a un faible taux de bancarisation, qui est aujourd'hui de 13%.

« Les banques installées au Congo ne sont pas accessibles à tous. D'où le faible taux de bancarisation dans notre pays. Il est à 13% aujourd'hui, contre 3% en 2007 ; il n'en reste pas moins vrai qu'il est faible », a expliqué le ministre Gilbert Ondongo.

Selon le ministre Ondongo, de la dernière place qu'il occupait en 1998 dans la sous-région d'Afrique centrale, le Congo s'est hissé aujourd'hui à la deuxième place en nombre de banques installées et à la troisième place par le total bilan.

« En 2001 dans notre pays, il n'y avait que 4 banques avec un total de bilan de 214 milliards de FCFA. En 2010, le Congo comptait six banques pour total bilan 1.119 milliards de FCFA soit cinq fois plus qu'en 2001. Aujourd'hui, il y a 11 banques au Congo (hors MUCODEC, mutuelle congolaise d'épargne et de crédit) qui affichent un total bilan de 2.269 milliards de FCFA, après avoir presque atteint les 2.400 milliards de FCFA en 2014 », a-t-il souligné.

Pour la Banque Mondiale, quatre raisons sont évoquées pour justifier cette sous bancarisation du Congo, notamment un fort taux de pauvreté (autour de 646,5% en 2011) occasionnant une insuffisance de revenus ; le poids du secteur informel qui occupe la plupart des acteurs économique. Ces acteurs se sentent exclus de l’activité bancaire. Aucune loi n’oblige les banques à ouvrir un compte bancaire à tout individu qui le souhaite. Avoir un compte bancaire n’est pas un droit mais un luxe, absence d'une vraie culture bancaire, avec des acteurs qui préfèrent manipuler directement les billets de banques, quitte à les détériorer.

Germaine Mapanga