Afrique centrale - CEMAC : Les arriérés de cotisations s’accumulent

Afrique centrale - CEMAC : Les arriérés de cotisations s’accumulent

Alors que s'ouvre le sommet des chefs d'État et de gouvernement de la CEMAC à Ndjamena, les six États membres de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale cumulent plus de 200 milliards de Francs CFA d'arriérés de cotisations, de 2009 à ce jour. Une situation qui impacte gravement le fonctionnement de l'organisation.

Le Conseil des ministres de l'Union économique de l'Afrique centrale (UEAC) s'est réuni en session extraordinaire le 29 octobre à N'Djamena, au Tchad. 

À l'ouverture des travaux, le ministre tchadien de l’Économie et de la planification du développement, Nguéto Tiraïna Yambaye, a relevé que: « Le montant cumulé des arriérés de cotisations des six pays membres de la Cémac, vis-à-vis de leur organisation, entre 2009 à ce jour, s'élève à plus de 200 milliards de  Francs CFA ».

Le financement de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac) a toujours été un problème récurrent qui risque de porter atteinte à sa survie, ont fait remarquer des observateurs locaux.

Les chefs d’État de la région, conscients de la nécessité de doter la Communauté des ressources suffisantes et pérennes, avaient adopté le 6 mai 2015, à Libreville au Gabon, l'Acte additionnel portant réaménagement du mécanisme de financement autonome, la TCI, en vue de régler définitivement cette question.

Depuis lors, aucune avancée n’a été enregistrée dans la mise à jour du budget de l’organisation par des cotisations régulières. En clair, aucun Etat membre n’a libéré ses contributions pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation.

En dépit des dispositions internes d'application de cet Acte additionnel, « les résultats escomptés tardent à venir et les difficultés de trésorerie sont de plus en plus persistantes », a déploré Nguéto Tiraïna Yambaye qui assure la présidence de l'UEAC dont les membres sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale, la Centrafrique et le Tchad.

Bertrand BOUKAKA