Congo : Les six mesures urgentes de l’UPADS pour juguler la crise économique et financière

Congo : Les six mesures urgentes de l’UPADS pour juguler la crise économique et financière

Le premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS/opposition), Pascal Tsaty Mabiala, a proposé hier, lors d’un point de presse à Brazzaville, les six mesures urgentes qui peuvent, selon lui, juguler la crise économique et financière au Congo.

Pour le premier secrétaire de la première formation politique de l'opposition congolaise, il s’agit de l’apaisement et l’assainissement du climat politique national par le règlement au fond et au plus vite de la guerre du Pool, l’harmonisation des recettes et des dépenses de l’Etat par une discipline budgétaire rigoureuse, la lutte effective contre les antivaleurs et anti-modèles, le contrôle et la fiscalisation des patrimoines ainsi que le renforcement des sanctions pénales pour les infractions d’enrichissement illicite, l’institution d’une politique de préférence nationale dans l’équipement des administrations publiques à tous les niveaux, afin de soutenir les petites et moyennes entreprises et les petits artisans pour qu’ils participent, eux aussi, à la création de la richesse nationale, et enfin la responsabilisation de toutes les forces politiques, de la société civile et des personnalités indépendantes, soucieuses du devenir du Congo, dans l’exécution dudit programme de réformes en vue d’obtenir une plus grande adhésion populaire.

On rappelle que le Congo-Brazzaville devra attendre le prochain conseil d’administration du Fonds monétaire internationale (FMI), en février 2018, pour espérer bénéficier d’une aide financière susceptible d’apaiser une situation sociale de plus en plus tendue.

En négociation fin septembre avec le FMI, le gouvernement congolais n’a pas réussi à finaliser le «plan d’ajustement » concocté par cette institution.

Entre la pédagogie économique et financière et la vulgarisation des mécanismes qui les sous-tendent, face aux médias le 10 octobre dernier à Brazzaville, le premier ministre congolais, Clément Mouamba a esquissé les pistes pouvant générer des ressources hors pétrole dont le prix est en baisse sur marché mondial, notamment le recours aux ressources de proximité telles les recettes douanières et fiscales.

Germaine Mapanga