Congo : La croissance plus faible que prévue, mais des signes de reprise

Congo : La croissance plus faible que prévue, mais des signes de reprise

Le taux de croissance du PIB en termes réels du Congo sur l’ensemble 2017 serait de -1,9% au lieu de 1% projeté initialement, contre -2,8% en 2016. La situation pourrait s’améliorer d’ici le premier trimestre 2018, selon le Comité monétaire et financier national qui s’est réuni, le 4 juillet à Brazzaville sous la présidence du ministre congolais des Finances, du budget et du portefeuille public, Calixte Nganongo et du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale ( BEAC), Abbas Mahamat Tolli.

Les membres du comité monétaire et financier national ont constaté un léger redressement des cours des matières et des produits de base exportés au Congo depuis le premier trimestre 2017.

«Les perspectives en termes de croissance du Congo et de la sous-région sont réconfortantes et rassurantes. Nous espérons que cette situation va poursuivre », a déclaré à la presse le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli.

L’économie congolaise reste néanmoins marquée par la poursuite des contreperformances du secteur primaire et des activités du secteur hors pétrole, dues à la baisse de la production pétrolière.

Les prévisions tablent aujourd’hui vers une légère amélioration, grâce notamment à une baisse sensible de l’inflation au niveau national et à un système bancaire résilient face à la crise financière internationale, avec des banques et les finances disposant de la liquidité appréciable pour financer l’économie locale.

Germaine Mapanga