Congo - Hydrocarbures : Mise en exploitation du champ Banga-Kayo 

Congo - Hydrocarbures : Mise en exploitation du champ Banga-Kayo 

Le ministre congolais des Hydrocarbures, Jean-Marc Thystère Tchicaya, a signé le 20 mai à Brazzaville, avec le délégué de la société chinoise Wingwah, Liang Ping Xiao, un plan de développement et de décision finale d’investissement du champ pétrolier Banga-Kayo.

L’exploitation de ce champ pétrolier en « on shore », représente près de mille emplois directs en création et un taux de récupération de 14% et 50.000 barils par jour sur la production additionnelle de la République ainsi que 200 millions de barils de réserve.

« Il y a eu en 2015, sous l’impulsion du président Denis Sassou N’Guesso, un contrat d’exploration qui avait été signé, adopté en conseil de ministres et approuvé par le parlement congolais. Ce permis d’exploration consistait à faire la recherche on-shore sur le champ Banga-Kayo, dans le département du Kouilou. Il s’agit là d’une découverte de plus de deux cents millions de barils sur une durée de vingt-cinq ans et plus de deux milliards de dollars d’investissement pour cette décision finale d’investissement. Cela conforte les relations bilatérales sino-congolaises », a expliqué le ministre Jean-Marc Thystère Tchicaya.

Outre la création d’emplois, l’extension du projet inclut également la construction d’infrastructures, notamment une centrale électrique, une usine de traitement de gaz, une usine de traitement de pétrole brut, une usine de traitement des eaux usées, une pipe de rejet, un pipe-line de collecte et de transfert du pétrole brut et un pipe-line d’huile et de gaz.

L’exploitation du gisement dit Banga-Kayo est la toute première réalisée par une entreprise chinoise au Congo.

Ce champ est situé dans le sud-est du département de Pointe-Noire, et il est reparti sur plus de 460 puits avec plus de 46 plate-formes.

Arrielle KAMBISSY