Congo - Télécommunications : Le ministre Léon Juste Ibombo limoge Yves Castanou de la tête de L'ARPCE

Congo - Télécommunications : Le ministre Léon Juste Ibombo limoge Yves Castanou de la tête de L'ARPCE

Nommé par décret présidentiel, suite à une proposition du conseil des ministre, le directeur de l'Agence de Régulation des Postes et des Communications Électroniques, Yves Castanou a été relevé par note de service signée du ministre Léon Juste Ibombo, le 10 mai 2017.

Remplacement de fin de mandat ou limogeage en règle, tout est-il que Yves Castounou occupait ce poste depuis 2010, à la création de l'agence, pour un mandat censé durer 6 ans.

Le ministre Ibombo a dans la même note de service, nommé le remplaçant de Yves Castanou, en la personne Henri Yandza Mouelé, un ingénieur électronicien.

Instituée par la loi n°11-2009 du 25 novembre 2009, l'ARPCE est un établissement public administratif, doté de la personnalité juridique et de l'autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du Ministère en charge des Postes et des Communications Électroniques.

Ingénieur télécoms formé en France et au Canada, ancien cadre de Lucent Technologies à Denver (États-Unis), ex-entrepreneur dans le e-business, issu d’une grande famille de Pointe-Noire, Yves Castanou a mené bien de batailles, du fait que son agence bénéficie de par la loi de son autonomie financière et de sa personnalité juridique.

« L’ARPCE reverse au Trésor le produit des redevances de régulation, mais c’est elle qui le fait directement, à l’instar de ce qui se pratique en Afrique anglophone. Sinon, l’arbitre que nous sommes n’a plus la capacité d’être neutre, et c’est la porte ouverte à la corruption du régulateur par les opérateurs privés », s'est-il toujours défendu vis à vis de sa tutelle ministérielle, parfois jusqu'au risque d'insubordination, le pactole de l'ARPCE fait de redevances et autres licences d'exploitations des sociétés de téléphonie étant la pomme de discorde.

Fort de son autonomie financière, Yves Castanou a puisé dans le vivier des cadres congolais de la diaspora pour étoffer son staff et entrepris la construction du siège de l’ARPCE disponible depuis 2013, pour plus de 6 milliards de F CFA.

L’agence a mené à bien une difficile campagne nationale d’identification des abonnés à la téléphonie mobile, mis en place la numérotation à neuf chiffres, recouvré avec succès les redevances (auprès des pétroliers Total et Eni notamment) et défini les normes sécuritaires obligatoires pour les sites de télécoms, non respectées pour 80 % des pylônes implantés au Congo.

Alliant travail et activités spirituelles, car il est également pasteur, Yves Castanou n'est pas homme à se laisser faire sans lever le bout du doigt. D'autres ministres ont tenté en leur temps de mettre des hommes de confiance à sa place, en vain.

Si son limogeage souffre d'une quelconque entorse juridique, l'homme ne manquera pas d'activer ses réseaux, Dieu seul sait, s'il en a des plus confortant.

Cela augure le cas échéant un bras de fer entre pasteurs, le ministre Léon Juste Ibombo l'étant lui aussi en dehors des heures de service.

Bertrand BOUKAKA